Le Net Gay Baromètre 2013, toutes populations confondues, semble montrer chez les répondants une forte augmentation des comportements sexuels à risque avec des partenaires occasionnels.

À mi-parcours de l’étude, selon Alain Léobon, le coordinateur du Net Gay Baromètre, «l’analyse statistique préliminaire des 13000 questionnaires entièrement complétés montre une augmentation importante de l’ensemble des comportements sexuels à risque (quels qu’en soient les indicateurs) dès lors qu’ils sont comparés à ceux de l’édition 2009 du Net Gay Baromètre». Il cite comme donnée particulièrement frappante la déclaration de relations sexuelles anales régulièrement non protégées avec des partenaires occasionnels. Elle passe de 20,9 % à 35 %, alors que la déclaration d’une Infection sexuellement transmissible contractée dans les 12 derniers mois, double, voire triple, selon les groupes de répondants.

Cette analyse permet aussi de dresser le profil des répondants. «Les répondants de l’édition 2013 se déclarent plus souvent bisexuels, sont nettement plus jeunes lorsqu’ils sont recrutés sur les réseaux sociaux (15 ans d’écart d’âge en moyenne), alors que moins du tiers des répondants adhèrent “au sentiment d’appartenance à la communauté gay”.»

L’enquête continue jusqu’à la fin du mois de septembre. Vous pouvez, si ce n’est déjà fait, y répondre par ce lien.