[Mise à jour, 31 juillet] Ajout de la vidéo du zap d’Act Up-Paris en fin d’article.

Plutôt habitué à la négociation, le TRT-5  a décidé de frapper un grand coup en lançant une pétition pour réclamer l’accès à un médicament prometteur contre le VHC (virus de l’hépatite C).

Ce traitement, le sofosbuvir, devrait recevoir une Autorisation de mise sur le marché pour début 2014. Mais il peut déjà être prescrit aux malades en échec avec les autres traitements et dont l’état de santé présente une urgence. Cela s’appelle une Autorisation temporaire d’Utilisation (ATU). Mais le laboratoire Gilead refuse d’honorer les demandes concernant certains malades.

DEUX TIERS DE REFUS
Joint par téléphone, Renaud Persiaux de Aides et membre du TRT-5 explique: «Sur 96 ATU accordées par l’Agence de santé, Gilead en a refusé une soixantaine». Soit près de deux tiers de refus, alors que les demandes émanent des médecins et sont approuvées par les autorités de santé. Très déçues par le laboratoire, et inquiètes pour les malades, les associations du TRT-5 ont donc décidé d’utiliser le moyen de la pétition pour faire connaître leur combat.

TRAITEMENT DE DEUXIÈME GÉNÉRATION
Le sofosbuvir est un des premiers médicaments de la seconde génération de traitement de l’hépatite C. À la différence du traitement standard, qui restaure l’immunité, le sofosbuvir s’attaque directement au cycle du virus. Les essais sur l’homme ont été très encourageants, y compris chez les malades coinfectés avec le VIH. En France, on estime entre 500000 et 600000 le nombre de personnes infectées par le VHC.

L’ARGUMENT DU MANQUE DE STOCK NE CONVAINC PAS
La réponse du laboratoire est qu’il n’y aurait pas assez de médicament disponible pour traiter tous les patients. Un argument auquel le TRT-5, qui a de la mémoire, ne croit pas beaucoup. En 1996, c’était la raison invoquée par les laboratoires pour limiter l’accès aux antiprotéases, qui allaient révolutionner le traitement du sida. Dès que les pouvoirs publics français ont mis de l’argent sur la table, les antiprotéases ont été accessibles à tous les malades…

Pour expliquer son action, le TRT-5 déclare: «Il est cruel de bloquer des traitements susceptibles de sauver des vies lorsque les personnes auxquelles ils sont refusés présentent des critères cliniques qui montrent qu’elles ont une très forte probabilité d’en retirer un bénéfice, ou de mourir sans […]. C’est pourquoi nous demandons à Gilead de donner le sofosbuvir MAINTENANT aux personnes qui en ont le besoin le plus urgent, y compris celles avec une cirrhose avancée (Child-Pugh B ou C), parmi lesquelles certaines vivent avec le VIH ou une autre maladie.»

La pétition est co-signée par le Collectif Hépatites Virales (CHV).

Le TRT-5 n’est pas la seule organisation à faire pression sur Gilead. Act Up-Paris a zappé le laboratoire, samedi 25 juillet, en collant des affiches sur l’entrée.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Act Up-Paris : « HONTE À GILEAD ! » « SHAME ON GILEAD! »