Orange-is-the-New-Black-posterPiper a une petite vie sympa, un fiancé sympa, un boulot sympa (elle crée des cosmétiques avec sa meilleure amie). Mais il y a quelques années, elle a transporté de l’argent pour une dealeuse de drogue, Alex. Qui était sa girlfriend. Piper vient d’être dénoncée. Peut-être par Alex. Demain, elle ira en prison. Où elle recroisera le chemin de son ex, mais elle ne le sait pas encore. Pour l’instant, elle tente, pour faire bonne figure, de se convaincre que ces 15 mois à l’écart du monde réel vont lui permettre de lire tous les livres qu’elle a mis de côté, et qu’à sa sortie, tout reprendra comme avant et qu’elle pourra épouser son Larry tranquillement.

Le pitch de Orange Is The New Black (OITNB), diffusée par le service de vidéo en ligne Netflix, est à la fois original (il s’inspire de l’histoire vraie de Piper Kerman) et banal (l’oie blanche qui débarque dans un monde qui lui est totalement étranger). Le résultat, lui, est époustouflant. Rien d’étonnant à ce que la saison 2 ait été commandée avant même le début de la diffusion.

http://youtu.be/nryWkAaWjKg

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Orange is the New Black « Life » Trailer [HD]

Si l’épisode d’exposition est un peu lent, c’est le seul. Très vite les personnages – en particulier ceux du nouvel univers de Piper, bien plus intéressants que ceux de l’extérieur, à l’exception, peut-être, du frère de Piper – entraînent l’internaute dans leur vie. En prison et avant la prison, par des flashbacks justement dosés.

Sans complaisance ni misérabilisme, avec un humour parfois grinçant, souvent juste évident, Jenji Kohan, la créatrice de Weeds, dépeint un univers clos, foisonnant, effrayant et fascinant. OITNB n’est pas simplement une série sur une prison de femmes, elle s’intéresse aux rapports entre des personnes d’univers différents dans un lieu clos. Où les repères sont réinventés, redistribués. Les communautés sont distinctes, il y a les blanches, les noires, les latinas, les golden girls (les femmes plus âgées), elles se côtoient en se mêlant mais sans se mélanger. Les relations – d’amour, d’amitié, de haine ou de respect – se nouent, se défont, s’imaginent. Ce n’est pas Oz, la violence est dans la vie plus que dans les paroles ou les actions. La plupart du temps en tout cas.

La distribution est parfaite, de Taylor Schilling (Piper Chapman) à Natasha Lyonne (Nicky, junkie déjantée et d’une loyauté à toute épreuve) ou Kate Mulgrew (Red, la cuisinière russe, capable d’affamer une détenue qui a critiqué sa cuisine) en passant par Laverne Cox, actrice et activiste trans’, qui joue Sophia, pompier qui a détourné des cartes de crédits pour payer sa transition, Michelle Hurst (Miss Claudette, immigrée haïtienne autrefois à la tête d’un réseau d’immigration clandestine), Dascha Polanco (Daya, qui retrouve sa mère en prison, et tombe amoureuse du garde John Bennett, joué par Matt McGorry), Lea DeLaria (l’humoriste ouvertement lesbienne est Big Boo, butch au grand cœur), Uzo Aduba (Susan «Crazy Eyes», qui veut faire de Piper sa «prison wife»)… Alex, la cause des problèmes de Piper, est interprétée par la très graou Laura Prepon.

OITNB n’est pas une série que l’on regarde d’un œil, en faisant autre chose en même temps. Oubliez vos mails, préparez le dîner avant de commencer, éteignez votre téléphone. Des premières notes du générique (sur You’ve Got Time de Regina Spektor, vidéo ci-dessous) au fondu orange du dernier plan, chaque seconde a un sens. L’une des grandes réussites de cette première saison se situe dans les détails, les seconds plans, les sons d’ambiance. À noter, pour l’anecdote, que le nom de Liz Friedman, la productrice ouvertement lesbienne de Xena, la guerrière, figure aussi au générique et que le troisième épisode, intitulé «Lesbian request denied» a été réalisé par Jodie Foster herself. Comme si cette série n’était pas déjà assez excitante.

L’année qui nous sépare de la diffusion de la saison 2 va être longue.

Le générique:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Orange is the New Black – Opening Credits – Netflix

Une interview des deux Piper, Piper Kerman et Taylor Schilling, qui joue Piper Chapman:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Orange is the New Black Interview – Taylor Schilling and Piper Kerman

Photo DR