Le Haut-Commissariat de l’Onu aux droits de l’Homme a dévoilé hier,vendredi 26 juillet, «Free & Equal» («Libres & Égaux»), sa première campagne mondiale pour le respect de l’égalité des personnes LGBT, au Cap, en présence de deux personnalités sud-africaines, l’archevêque Desmond Tutu et le juge ouvertement homo et séropositif Edwin Cameron.

Au cœur du projet, qui se place dans le prolongement de la vidéo proposée pour la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie et du rapport publié en 2011, la nécessité de faire évoluer les législations d’un grand nombre de pays et l’éducation du public pour lutter contre l’homophobie et la transphobie. Soixante-seize pays – plus d’un tiers des pays du monde – criminalisent les relations homosexuelles, et ils sont plus nombreux encore à accepter les discriminations dans le monde du travail, l’éducation, la santé etc., rappelle l’Onu.

«La Déclaration universelle des droits de l’Homme promet un monde dans lequel chacun.e naît libre et égal en dignité et en droits – sans exception, sans exclusion, a rappelé la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme Navi Pillay. Et pourtant c’est une promesse vide pour des millions de personnes LGBT, confrontées quotidiennement à la haine, l’intolérance, la violence et les discriminations.»

«L’expérience nous montre que pour mettre fin aux discriminations, il faut plus que des réformes législatives. Cela exige aussi un changement dans les cœurs et les esprits.

«Cette vérité m’a été rappelée par la récente recrudescence de meurtres brutaux et horribles de lesbiennes ici, en Afrique du Sud (…). L’Afrique du Sud est l’un des pays où les lois protègent le mieux les gays et les lesbiennes, mais c’est aussi l’un de ceux où s’exprime la pire violence homophobe.»

«Cette campagne me donne envie de sauter de joie, a pour sa part déclaré Desmond Tutu, la comparant à la lutte contre l’apartheid. (…) On ne choisit ni sa race, ni son genre, si sa sexualité. Bon sang, les personnes homosexuelles ne sont pas une espèce à part, ce sont des êtres humains. Nous serons moins humains si nous nions leur humanité.»

«Je refuserais d’aller dans un paradis homophobe. Non, je dirais, désolé merci, je préfèrerais cent fois aller ailleurs. Je ne pourrais pas louer un Dieu homophobe.»

Plusieurs personnalités ont officiellement apporté leur soutien à cette initiative: Ricky Martin, l’actrice de Bollywood Celina Jaitly, la chanteuse brésilienne Daniela Mercury et la chanteuse sud-africaine Yvonne Chaka Chaka. L’actrice américaine Mia Farrow a aussi fait part de son enthousiasme sur Twitter:

Photo Casey Crafford/Onu