De l’avis de tous, la marche qui devait être le point d’orgue de cette édition 2013 de l’EuroPride à Marseille n’a pas connu l’affluence escomptée. Les organisateurs tablaient sur 100 000 à 140 000 personnes il y a encore quelques semaines, mais on est très loin du compte. Si les sites de Libération, du Parisien et même celui de La Provence se sont contentés de reprendre la dépêche de l’AFP, qui évoque de 6000 à 50 000 participant.e.s selon la police ou les organisateurs, France Info a vu une édition décevante. «Le cortège, bien moins imposant que prévu, devait rejoindre les plages du Prado vers 18h. Mais le concert, qui y était annoncé depuis quelques temps, a dû être annulé, faute de moyens pour assurer sa sécurité», écrit Laura Damase.

LES INTERNAUTES PAS TENDRES AVEC L’EUROPRIDE
L’édition 2013 de l’EuroPride à Marseille a fait couler beaucoup d’encre, plus pour ses ratages que pour ses réussites. Si les militant.e.s ont pour certains voulu rester positifs (lire notre enquête L’Europride sera-t-elle sauvée par un sursaut militant ? , sur les réseaux sociaux, on n’est pas toujours aussi tendre.
Sur la page Facebook de l’événement, les organisateurs ont annoncé hier soir le nombre de participant.e.s: « Nous étions 60.0000 personnes à la parade de l’EuroPride ! Merci à tous »… et les réactions ne se sont pas faites attendre.
«60000, n importe quoi !! dit l’un d’eux. Certains parlent d’une «image déplorable dans les médias ». D’autres réagissent aussi mais plus positivement «Nous n’étions pas 60000, faut pas rêver ! Peut-être 5000 à tout casser, ce qui est pas mal vu l’échec de l’EuroPride dans son ensemble, dit Natalie. Plus positif, Eric a passé une bonne journée : «Je suis de passage à Marseille et je dois dire que cette marche était géniale. Une ambiance de folie, beaucoup de monde sur le parcours, des milliers de participants. Et pas un anti-mariage pour tous en vue ! C’était une réussite ! Ça rattrape (un peu) les ratages des jours précédents. En tout cas, moi, cette journée m’a ravi !!!»

Il reste maintenant aux organisateurs et aux associations locales à faire le bilan de cette édition 2013. Et à se donner rendez-vous en 2014…, à Oslo en Norvège.