À en croire le début de la description qui en est faite par le groupe londonien Autoheart – Jody Gadsden, Simon Neilson, Barney JC et David Roman – sur YouTube, Moscow est une chanson sur «l’optimisme niais de l’amour, quand on a juste envie de s’enfuir avec cette personne, où l’on rêve d’être ensemble pour toujours, une maison, un chien, et où rien d’autre ne compte». Mais elle va bien plus loin que ça, de la même façon que Same Love de Macklemore n’est pas juste une chanson d’amour.

«Nous avons la chance, en Grande-Bretagne, d’avoir des lois qui reconnaissent nos relations et protègent nos droits, que l’on soit gay, hétéro, bi ou autre, poursuit Autoheart, dont le premier album, Punch, est sorti en début de semaine. Mais en Russie, une crise anti-gay sévit: le gouvernement ne veut pas accorder les mêmes droits à son peuple et tente de criminaliser jusqu’à l’évocation de l’égalité des homos.»

Autoheart fait ensuite le parallèle entre les lois adoptées récemment en Russie contre la «propagande gay» et la Section 28, en vigueur au Royaume-Uni de 1988 à 2003. Instaurée par le Parti conservateur de Margaret Thatcher, la loi interdisait aux professeur.e.s de parler de façon positive d’homosexualité.

«Ces lois ne servent qu’à protéger l’intolérance, l’ignorance, l’homophobie et les crimes de haine», insiste Autoheart, qui appelle à signer la pétition d’All Out.

La vidéo se termine par un baiser entre deux soldats russes devant le Kremlin, clin d’œil aux arrestations de militant.e.s des droits LGBT qui participaient à un kiss-in devant la Douma lors du vote de la loi, en juin dernier.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Autoheart – Moscow (Official Music Video)‬

Voir aussi Tilda Swinton: «En solidarité. Bons baisers de Russie.»