Une semaine après l’alerte sanitaire lancée sur la méningite, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) est monté d’un cran pour recommander la vaccination contre le méningocoque C pour les adultes gays de plus de 25 ans. Jusqu’alors la vaccination était recommandée seulement chez les nourrissons, les adolescent.e.s et les jeunes adultes jusqu’à 24 ans révolus.

POURQUOI LA VACCINATION EST-ELLE DÉSORMAIS RECOMMANDÉE CHEZ LES GAYS?
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), qui a rendu le 1er juillet un avis en urgence à la demande de la la Direction générale de la santé, avis rendu public le 3 juillet, s’appuie sur les informations concernant trois cas graves de d’infections invasives à méningocoque C (IIM C) survenus entre le 13 et le 20 juin en Ile-de-France. Point commun pour les trois cas: ce sont tous des Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et pour deux d’entre eux, ils avaient fréquenté des établissements gays dans les 10 jours précédant l’hospitalisation. Après investigation, il n’a pas été retrouvé ni contact direct entre les cas, ni de sujet contact commun ou de lieu identique fréquenté. Entre 2010 et 2013, vingt deux cas d’IIM C avaient été signalés à New York, avec sept décès. C’est dire la gravité de cette maladie, lorsqu’elle n’est pas soignée à temps. Trois cas ont également été détectés depuis le début de l’année en Allemagne.
À New York, une recommandation de vaccination avait été faite pour les hommes résidant à New York et ayant des rapports sexuels avec des hommes.

C’est aussi parce que s’annonce le rassemblement de l’Europride et d’autres rassemblements LGBT en Europe, que les autorités sanitaires ont décidé de prendre toutes les précautions.

QUI DOIT SE FAIRE VACCINER?
Le HCSP considère que les HSH vivant en Ile-de-France et qui vont fréquenter dans les trois mois à venir les lieux de convivialité ou de rencontres gays parisiens sont exposés à un surrisque d’IIM C. Mais ce surrisque touche aussi tous les HSH résidant en France et qui souhaitent se rendre à un ou des rassemblements gays organisés sur le territoire national ou en Europe durant les trois mois à venir. C’est donc à eux que la vaccination doit être proposée. Les séropositifs sont aussi plus à risque vis-à-vis de cette infection. À New York, grâce à la vaccination, il n’y a plus eu un seul cas d’IIM C chez les gays depuis février 2013.

COMMENT SE FAIRE VACCINER?
Il faut une prescription médicale pour acheter un des trois vaccins méningoccociques conjugués disponibles. Le schéma vaccinal comportera l’administration d’une seule dose. Un délai de 10 jours est nécessaire pour être protégé.e. Le vaccin, qui coûte moins de 25€, n’est pas remboursé.

COMMENT LA MALADIE SE TRANSMET-ELLE?
L’Agence régionale de santé rappelle le mode de transmission: «Le méningocoque est un germe qui se transmet de personne à personne par les gouttelettes issues des sécrétions rhinopharyngées (salive et autres excrétions), le plus souvent en face à face, de moins d’un mètre. Le risque de transmission entre une personne infectée et une autre personne est faible. Cependant, le contact “bouche à bouche” ou lors d’un “baiser” est hautement contaminant quelle que soit la durée du “baiser”. Les lieux de promiscuité (lieux de rencontres ou de convivialités) favorisent la transmission à partir d’une personne porteuse du méningocoque. Les déficiences immunitaires comme être porteur du VIH, peuvent rendre plus vulnérable l’individu contact. Le méningocoque est un germe fragile qui ne survit pas dans le milieu extérieur. Sa transmission est exclusivement interhumaine et nécessite un contact proche. Il n’y a donc pas lieu de prendre des mesures particulières de désinfection des locaux.»

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE L’INFECTION À MÉNINGOCOQUE C?
Selon l’Agence régionale de santé, «la méningite se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque accompagnée souvent de vomissements et d’une gêne à la lumière. Devant ces signes il faut consulter rapidement un médecin. Le purpura fulminans se manifeste par la survenue de tâches rouges sur la peau, qui ne disparaissent pas à la pression et qui peuvent s’étendre rapidement sur l’ensemble du corps, ces signes doivent amener à consulter sans délai un médecin ou à appeler le centre 15.»

«Les formes les plus graves des infections invasives à méningocoque C sont les méningites et les septicémies qui peuvent se compliquer de purpura fulminans et de choc septique mortel.»

Pour plus d’informations, vous pouvez appeler Sida Info Service au 0800 840 800.

Illustration DR