Si les couples homos américains ont fait un grand pas vers l’égalité des droits avec la décision de la Cour suprême d’abroger la Section 3 du Defense of Marriage Act (DOMA), qui définissait le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, certains n’ont pas attendu d’en avoir le droit pour se marier.

La presse américaine avait déjà ressorti l’affaire en décembre dernier, c’est au tour de la BBC d’en reparler: Jack Baker et Michael McConnell, un couple gay du Minnesota, se sont unis en 1971. En couple depuis 1967, les deux hommes ont débuté les démarches pour se marier le 18 mai 1970, moins d’un an après les événements de Stonewall. En octobre 1972, la Cour suprême a refusé d’étudier leur affaire, au motif qu’il ne s’agissait pas d’une question fédérale.

Mais les deux hommes, habitués à combattre les discriminations dont ils étaient victimes au quotidien – tous deux ont perdu leur emploi en raison de leur homosexualité –, n’ont pas lâché prise. En 1971, ils ont soumis un nouveau dossier de mariage, en remplaçant le prénom de Jack par un prénom mixte, Pat Lyn – pour cela, il a fallu que Michael adopte Jack, avec l’autorisation d’un juge.

Le dossier a été accepté, le couple a été uni par le pasteur méthodiste Roger Lynn. Leur mariage a été examiné par la Justice mais jamais officiellement annulé. Les deux hommes, qui sont toujours en vie et vivent toujours à Minneapolis, se considèrent donc comme déjà légalement mariés. Ils n’ont pas l’intention de faire à nouveau reconnaître leur union maintenant que le Minnesota a ouvert le mariage (la loi, adoptée en mai, entrera en vigueur le 1er août).

«On ne peut pas laisser les non-gays nous traiter différemment, expliquait Jack Baker lors d’une interview, en 1973. Il faut dire “je paie des impôts pour soutenir ce gouvernement et il va me reconnaitre comme un citoyen comme les autres, sinon je le combattrai.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Talking gay marriage in the 1970s

Voir des photos sur le site de la Minnesota Historical Society.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis