Le titre de Miss Papillon 2013 a été décerné samedi 29 juin à l’Amicale vietnamienne de Nouméa. Cette élection, dont la dernière édition datait de 2000, récompense la plus belle rae rae, terme employé pour désigner le «troisième genre». Fa’afafine à Samoa, whakawahine dans les îles Maori ou Mahu puis rae eae à Tahiti ou en Nouvelle-Calédonie, autant de noms pour des travestis et transgenres qui existent depuis toujours dans les sociétés océaniennes. L’élection à laquelle 11 d’entre elles ont participé est donc aussi l’occasion de porter un message militant. De montrer que ces filles ont les même droits que les autres, une vie semblable, et doivent avoir la liberté de vivre au quotidien en société sans craindre remarques ou regards désobligeants.

Se déroulant selon le même modèle que n’importe quel concours de beauté, le titre s’est joué sur plusieurs épreuves. Prestation de groupe au son de Beyoncé, défilé en habit traditionnel, en maillot de bain et en robe de soirée avant l’inévitable séance des questions. Âgées de 18 à 35 ans, les candidates ont été chaleureusement encouragées et applaudies par les 450 personnes présentes, venues pour certaines en famille soutenir cette soirée placée «sous le signe de la beauté et de la tolérance», comme l’explique Amour, organisatrice de l’événement dans les Nouvelles Calédoniennes.