Il aura fallu une plainte pour discrimination et la menace de sanctions pour que le maire divers droite d’Arcangues, Jean-Michel Colo, accepte d’appliquer la loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels, mais c’est chose faite: il a signé les bans du mariage entre Guy Martineau-Espel et Jean-Michel Martin, qui ont été publiés ce jeudi 4 juillet.

Le mariage, dont la date n’a pas été annoncée, devrait être célébré par un adjoint.

Quelques jours plus tôt, Arbella d’Arcangues, l’une des conseillères municipales qui avaient proposé de marier le couple, a démissionné.

«M. le Maire, j’aurai toujours pour vous un certain respect, voire de l’affection, mais mon esprit d’ouverture a une dimension plus large et une origine plus profonde que cette vaine joute politique qui ne me ressemble pas, écrit-elle. Je suis heureuse d’avoir résisté, déçue de ne pas avoir été entendue et soulagée (…). Arcangues n’a jamais été réactionnaire. Arcangues chantait sa tolérance. N’est-ce pas se compromettre que de s’être octroyé le droit de décider de ce qui est “acceptable” ou pas?»

Arbella d’Arcangues, dont le père et le grand-père ont été maires du village, descendante des marquis d’Arcangues, écrit aussi que si elle a «trahi le conseil municipal, en [se] désolidarisant publiquement du refus de marier ce couple, [elle n’a] pas trahi le village d’Arcangues, ni ses ancêtres, ni [elle]-même», rapporte La Semaine du Pays Basque.

Photo Harrieta171

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis