En parallèle de son projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, la ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie Michèle Delaunay s’est penchée sur l’entrée «dans le champ de l’âge» des personnes LGBT. Dans cette perspective, elle a remis une lettre de mission hier, jeudi 27 juin, à trois associations pour qu’elles lui soumettent des pistes de réflexion et des propositions pour améliorer le mieux-être des seniors LGBT. SOS homophobie, Aides et le Groupe SOS – dont sont membres Arcat et le Kiosque Infos Sida Toxicomanie – devront lui soumettre avant la fin de l’année un rapport contenant des préconisations et des réflexions à ce sujet.

SOLITUDE
«La première génération à avoir fait son coming-out s’est émancipée du poids des contraintes sociales», explique la ministre. Parvenue à un âge où l’on devient plus dépendant, elle est aussi en proie à la solitude: «Ce sont parfois des personnes plus seules que les autres avec un environnement familial appauvri». Michèle Delaunay envisage de former aussi bien les personnels dans les établissements de soins que dans les organismes d’aide à domicile. Les organisations mandatées élargiront ce questionnement en s’adressant aussi aux commerces et aux associations pour analyser leur intégration des seniors.

Une attention particulière est portée aux personnes atteintes du sida. «On voit la première génération de l’infection vieillir, après avoir craint de ne pas vivre jusqu’à la retraite et certains ne l’ont pas préparée, commente la ministre. Un accompagnement attentif et respectueux est nécessaire.» Médecin de profession, Michèle Delaunay a rappelé qu’elle était spécialiste en cancérologie cutanée. À ce titre, elle a côtoyé de nombreux malades du VIH, atteints de sarcomes de Kaposi. «Dans la vie d’un médecin, c’est une expérience très forte, glisse-t-elle. J’ai accompagné des jeunes gens dont beaucoup sont morts.»

SEXUALITÉ
Michèle Delaunay a abondamment évoqué l’exemple de la maison de retraite Georges Brassens à Guipavas, près de Brest, qu’elle a visitée la semaine dernière. Dans cet établissement, le directeur Éric Seguin a intégré la problématique des LGBT dans la formation des personnels soignants sur la sexualité des personnes âgées. Pour la ministre, il faudrait généraliser cette approche car «le rôle des pouvoirs publics est de permettre l’accomplissement de la sexualité» et la vie dans un établissement de soins ne doit pas représenter une entrave «à la vie privée et à l’intimité». La sexualité est à ses yeux «une chance, une force, une joie, une capacité à vivre mieux» et elle ne doit pas être refusée aux seniors.

Les associations mandatées devront rendre leur rapport d’ici le mois de novembre. Elles ont d’ores et déjà établi une liste où figurent une cinquantaine de structures et de personnes qu’elles souhaitent auditionner à ce sujet. Outre les grandes lignes évoquées par Michèle Delaunay, elles comptent mettre en lumière la situation des migrant.e.s, des trans’ et dans les DOM-TOM, entre autres.

Photo Julien Massillon

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln