Dans un communiqué paru ce vendredi 28 juin, les député.e.s européen.ne.s de l’Intergroupe LGBT font part de leur inquiétude quant à la situation des femmes trans’ à Athènes et Thessalonique. Plusieurs témoignages, notamment ceux relayés par la Greek Transgender Association, font état d’abus de la police grecque à leur encontre. Elles sont régulièrement arrêtées et placées en détention sans explication. Au prétexte de la vérification d’identité, les forces de l’ordre les retiennent pendant plusieurs heures avant de les relâcher. À ce jour, aucune d’entre elles n’a été condamnée pour la moindre infraction.

Les abus ont commencé en août 2012 lorsque 25 femmes ont été arrêtées et ont dû se soumettre à un test de séropositivité avant d’être relâchées. Le 4 juin dernier, l’avocate de l’une de ces femmes a été elle aussi détenue arbitrairement. Elle a ensuite porté plainte.

Pour le député espagnol Vert Raul Romeva i Rueda, «trop souvent, les personnes trans’ sont des cibles faciles: elles sont visibles, et parfois les voyous – y compris en uniforme de police – pensent qu’ils ont le droit de harceler quiconque ne rentre pas dans les critères traditionnels d’apparence de genre. Il faut répondre aux questions de santé publique, quand il y en a, vec respect envers tou.te.s les citoyen.ne.s et prendre en compte leur intégrité. Apprendre à respecter quelqu’un quelle que soit son apparence est une leçon du niveau de l’école primaire et le police devrait le savoir!» La Néerlandaise Sophie in’t Veld, qui appartient au groupe des Libéraux et Démocrates, aimerait qu’une législation plus rigoureuse soit adoptée au niveau européen contre les discriminations fondées sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle, mais elle craint que «rien de plus ne sera accompli avant les élections européennes l’an prochain» et dit n’avoir «aucune illusion sur les intentions de l’actuelle Commission».

Les cas de tests forcés ont toutefois fait l’objet d’une procédure d’enquête de la part de la Commission. Les résultats de cette investigation ne sont pas encore connus.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln