ANGERS

Une semaine après le premier mariage angevin entre deux personnes de même sexe, c’est sous le mot d’ordre «l’égalité attend encore» qu’un millier de personnes ont parcouru les rues d’Angers. Des élu-e-s locaux dont le maire PS Frédéric Béaste ont pris la parole lors du rassemblement, aux côtés des associations LGBT locales et de Stéphane Corbin qui a mentionné l’existence d’un colloque portant sur les droits de la famille à Angers: «Ce colloque est intitulé « le mariage et l’enfant pour tous ». « Le mariage pour tous », je sais ce que c’est, par contre, « l’enfant pour tous », je ne sais pas. Ça sonne un peu anti. Ce qui est plus grave c’est que le prospectus pour ce colloque était accompagné d’un dessin sur lequel on voit deux personnes qui jouent au jeu des sept familles avec un commentaire: Lavenir (un seul mot) je voudrais LA grand père. C’est soit de l’homophobie, soit de la discrimination liée au genre des personnes.»

[Gallery not found]

CAEN

Beau succès pour la marche bas-normande qui a réuni plus de 1000 participant-e-s malgré un temps parfois maussade. Plusieurs élu-e-s se sont joint-e-s au cortège pour marquer leurs soutiens aux revendications des associations, le député-maire PS de Caen Philippe Duron, et les députées Laurence Dumont et Isabelle Attard.

ROUEN

Les organisateurs-trices craignaient des débordements, mais tout s’est pourtant déroulé à merveille lors de la Marche de Rouen. Entre 200 et 300 personnes ont défilé dans les rues samedi après-midi.

Lire les compte-rendus des deux marches normandes sur Gaynormandie.com

BIARRITZ

Lors des prises de paroles des associations, les différent-e-s représentant-e-s ont chacun à leur manière vivement critiqué le comportement du maire d’Arcangues Jean-Michel Colo, qui a confirmé ce week-end son refus de marier un couple d’hommes. «Carton rouge pour Monsieur Colo, mauvais joueur qui ne respecte pas les règles du jeu, triche et refuse les décisions de l’arbitre», a fustigé Michèle Berthier, vice-présidente du Planning familial, qui a ensuite demandé à poursuivre la mobilisation tant que Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Espel ne seraient pas mariés. Environ 1000 personnes ont marché dans Biarritz samedi après-midi.

[Gallery not found]

SOFIA

La marche de la capitale bulgare qui aurait dû avoir lieu samedi a finalement été annulée. L’équipe de la Sofia Pride a préféré reporter l’événement, sous la pression des autorités municipales et du ministère de l’Intérieur qui ont invoqués la présence de groupuscules d’extrême-droite lors de récentes manifestations pacifiques. «Il aurait été égoïste et irresponsable pour nous d’être au courant d’un tel danger et de l’ignorer», ont fait savoir les organisateurs-trices. La marche sera probablement reportée à l’automne prochain.

TORONTO

La Pride de Toronto a été marquée par la présence de la Premier ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne. C’était la première fois qu’une personne occupant cette fonction prenait part à cette manifestation. Mais pour Kathleen Wynne, élue en février dernier, cette marche était loin d’être un baptême: «Chaque année, je participe à la Pride. Jane (Rounthwaite, son épouse) et moi faisons la Pride and Remembrance Run le samedi matin. Je me rends à la messe, qui est toujours très très émouvante le dimanche, et bien sûr je participe à la marche. Malheureusement, nous avons encore besoin de la Pride, car l’homophobie est belle et bien vivante, pas seulement dans certaines parties de l’Ontario, mais aussi dans d’autres parties du monde, où on peut être emprisonné-e ou agressé-e parce qu’on est gay, lesbienne ou trans’.»

BERLIN

La 35e Gay Pride ou Christopher Street Day (CSD) de Berlin a rassemblé 700000 personnes samedi. A l’approche des législatives qui auront lieu à l’automne, la manifestation a pris une teinte particulièrement politique où les participant-e-s ont interpellé la chancelière Angela Merkel sur son refus d’accorder l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Plusieurs associations ont aussi attiré l’attention sur la situation en Russie et sur les dernières lois adoptées par la Douma contre les LGBT ou pour restreindre les conditions d’adoption d’enfants concernant les pays ayant ouvert l’adoption aux couples de même sexe.

Le CSD de Berlin en images

Photos : SoonNight (Angers) / Maëlle Le Corre (Rouen) / Renepaulhenry (Biarritz)