L’ambition première de Clic My Event, la société organisatrice du Salon du mariage gay, est de «se faire reconnaître auprès de la communauté [LGBT]», explique à Yagg l’une des responsables de l’événement, Sandra Bibas. La communauté dans son ensemble puisqu’ici, le terme «gay» désigne «les homosexuel-le-s de façon large». «On avait pensé à “Salon du mariage LGBT” mais ce n’est pas très joli», explique l’organisatrice. Ce qui ne l’a pas empêchée de choisir cette terminologie moins réductrice pour la publicité du Salon, comme vous pouvez le voir notamment sur Yagg.

INVESTISSEMENT
Clic My Event s’était jusqu’ici «positionnée sur les mariages multicommunautaires» et apparaissait dans les salons des communautés juive ou musulmane. Avec l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, un nouveau champ s’ouvre pour la société qui a versé près de 75000 euros pour organiser ce salon. «Une perte importante, on ne fait pas de bénéfices», commente Sandra Bibas. À terme, cet investissement devrait toutefois être rentable: selon elle, il faut compter entre 5000 et 6000 euros pour une cérémonie avec un petit budget. Quatre fois plus lorsque l’on fait appel à un «wedding planner» et que l’on compte inviter 150 personnes. «Mais il y a de fortes variantes sur les prix entre les communautés», ajoute Sandra Bibas qui compte «recevoir tous les couples de la même façon, petit ou gros budget».

DIFFÉRENTS
Si la communauté LGBT avait besoin d’un salon à part, argumente-t-elle, c’est qu’elle a des besoins différents. En plus de découvrir des exposant-e-s gay-friendly, les visiteurs/trices pourront assister à des défilés de couples de femmes et de couples d’hommes ainsi que des conférences juridiques sur le couple et la filiation. Des photos de l’exposition «Couples imaginaires» d’Olivier Ciappa seront affichées pendant toute la durée du salon. Pour Sandra Bibas, il était primordial de permettre aux couples homos de préparer le grand jour sans «remarques ou regards blessants». «Être montrée du doigt, c’est quelque chose que j’ai subi», affirme-t-elle.

Depuis le vote de la loi sur l’ouverture du mariage, les demandes de devis se sont envolées. Le site organiser-mon-mariage-gay.com en dénombrait deux par mois. Il en compte désormais dix par semaine, dont 70% dans les six prochains mois. «Il y a un peu plus de demandes de maîtres de cérémonie car les couples homos ne vont pas à l’église», a remarqué Sandra Bibas. Mais à ses yeux, les exigences des couples homos ne diffèrent en rien de celles des hétéros: «Dans tous les salons, tout le monde cherche un mariage différent et original».

Le Salon aura lieu au Parc floral de Paris les 22 et 23 juin 2013. Des préventes sont disponibles sur le site de l’événement.

Pour en savoir plus sur les droits et les devoirs liés au mariage, consultez notre Guide du mariage.

Et pour choisir le faire-part idéal, le smoking de rêve, la robe la plus flamboyante, le buffet le plus impressionnant et la lune de miel la plus virevoltante, plongez dans le Guide du mariage homo (éditions La Martinière) d’Océanerosemarie.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln