Jean-Michel Colo joue à l’irréductible Gaulois: le maire d’Arcangues, dans les Pyrénées-Atlantiques, s’obstine à refuser de procéder aux mariages des couples de même sexe. Le conseil municipal s’est réuni hier soir, jeudi 20 juin, et la mairie a indiqué ce matin à l’AFP que l’élu a reçu le soutien de ses adjoint-e-s. Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Espel, qui ont déposé lundi leur dossier à l’hôtel de ville de la commune, assurent qu’ils iront «jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme» pour faire respecter leurs droits.

La loi autorise le préfet du département à accomplir les devoirs de l’élu dans ce type de situation. Elle prévoit également plusieurs sanctions peuvent être prises contre les maires réfractaires, tenus de procéder aux actes d’état civil dans leur commune.

«ON SERA OBLIGÉS»
En Loire-Atlantique, à Mésanger, c’est justement cet arsenal législatif déployé à l’encontre des élu-e-s récalcitrant-e-s qui a amené Jean-Yves Clouet à revenir sur sa position. Il avait déclaré dans Le Figaro que lui non plus ne marierait pas les couples de même sexe. Dans un entretien accordé ce jour à Fidélité, une radio chrétienne du département, il s’est ravisé:

«Les pénalités qui sont mises aux maires qui refusent me paraissent disproportionnées par rapport à leur refus: s’il faut marier, on mariera, on sera obligés, on le fera mais, dans mes convictions, je ne suis pas d’accord de marier des personnes de même sexe. Ce qui fait peur à tous les maires qui sont dans le même cas que moi, c’est les sanctions qui sont prises par l’État et je trouve ça scandaleux: là, c’est la dictature. On est un État libre jusqu’au jour d’aujourd’hui, chacun a le droit de penser ce qu’il veut, je respecte les gens qui pensent pas comme moi mais c’est la loi qui est mal faite: on n’a pas à sanctionner un maire qui refuse de faire ce genre de mariage.»

S’il est amené à célébrer le mariage de deux hommes ou de deux femmes, il a assuré qu’il déclarerait «au début de la cérémonie» son opposition. Un couple d’hommes a déposé sa demande et doit être uni fin juillet. Selon l’AFP, ils devraient heureusement bénéficier de la présence d’une adjointe, Nadine You, qui se dite prête à les marier: «La loi Taubira a été votée, quand on est élu, pour n’importe quelle chose, on essaye d’être neutre. Les lois sont là, quand elles sont votées, il faut les respecter.»

Photo Dailymotion

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln