Virginie Merle-Tellenne et son époux, Basile de Koch, qui l’a affublée du sobriquet de Frigide Barjot, auront à répondre auprès de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) des conditions dans lesquelles ils occupent un HLM dans le XVe arrondissement de la capitale. Leur société, Jalons, y est domiciliée. Or, toute activité commerciale est interdite dans ce lieu d’habitation. De plus, la société elle-même paie un loyer au couple, ce qui revient, en somme, à sous-louer l’appartement. Une pratique elle aussi prohibée.

Cela fait un certain temps que Bertrand Delanoë prévoyait d’assigner le couple à ce sujet, mais le maire de Paris a préféré attendre que les manifestations anti-égalité ne soient plus d’actualité pour viser l’égérie du mouvement. À lire sur L’Express.

Photo Xavier Héraud

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln