Impossible désormais de voir du rose et du bleu sans penser à la «Manif pour tous». Avec ses affiches disséminées un peu partout et son omniprésence médiatique, le mouvement a pris en quelques mois une ampleur considérable. Deux militant-e-s pro-égalité des droits s’évertuaient à retirer des affiches et des autocollants dans le VIIe arrondissement de Paris dans la soirée du mardi 11 juin lorsque deux femmes d’une cinquantaine d’années ont croisé leur route. En les voyant s’activer sur les murs et les poteaux, elles ont cru que les militant-e-s appartenaient au mouvement anti-égalité.

Plutôt que de démentir, l’une des deux militant-e-s répond machinalement «Oui, c’est la Manif pour tous».

«J’en peux plus de vos putains d’affiches ! La loi est passée, il faut laisser les gens, les gens ont le droit de se marier, vous êtes homophobes…», réagit, furieuse, une des deux femmes avant d’asséner une gifle à la militante.

Finalement, la méprise est révélée et la femme à l’origine de la baffe se rend compte de son erreur avant de se répandre en excuses.

«Cette anecdote est révélatrice de la violence envoyée par les Manif pour tous, du ras-le-bol des citoyens qui encaissent depuis des mois un débat d’une rare violence. Ces affiches ou stickers sont la présence visible et permanente d’un message désormais perçu comme ouvertement homophobe dans l’espace public.»

À lire sur Le Plus.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Arrachage d’affiches «Manif pour tous»

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln