«Ne nous voilons pas la face, l’expression “mariage pur tous” est un euphémisme pour parler en réalité du mariage entre cousins», affirme l’humoriste, qui estime, avec un second degré savoureux, qu’il est temps d’accepter la loi et de cesser de manifester. Et de dénoncer les propos «cousinophobes», évoquant les pancartes rappelant que le mariage, c’est «un papa et une maman, un papa et un papa, une maman et une maman mais sûrement pas une maman et un tonton ou un papa et une tante», tout en chantant les louanges de Christine Boutin, grande républicaine et passionaria du mariage entre cousins. La chute est évidemment délicieuse.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le billet de François Morel

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis