Dans la série «mieux vaut tard que jamais», il aura fallu attendre deux ans pour que l’ex-député UMP Christian Vanneste soit jugé pour complicité de provocation à la haine envers les homosexuels, pour des propos tenus en février 2012.

Christian Vanneste avait à cette époque fait beaucoup parler de lui avec une interview accordée au site Liberté Politique, dans laquelle il avait nié la déportation en raison de l’orientation sexuelle pendant la Seconde Guerre mondiale, la qualifiant de «légende». Il s’était aussi laissé aller à diverses considérations sur l’homosexualité et sur ce qui semble être encore aujourd’hui sa grande obsession, le lobby gay. La vidéo avait alors fait le tour du net et ses propos avaient été unanimement condamnés par la gauche comme la droite. S’en était suivi un étrange mic-mac entre le député déjà coutumier des sorties homophobes et la tête de l’UMP qui soutenait avec obstination avoir lancé une procédure d’exclusion, sans que personne n’en ait jamais vu la couleur, pas même le principal intéressé

Jugement le 21 février 2014. À lire sur Le Point.fr.

Via ひなげし.

Photo Capture