Si la «Manif pour tous» enregistre une série de défections – les fondateurs/trices Virginie Merle-Tellenne, renommée Frigide Barjot, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng ont quitté le navire – le venin qu’elle distille ne cesse de se répandre. Lundi 10 juin, le sénateur Jean-Pierre Michel (PS), rapporteur du projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption, a eu la mauvaise surprise de découvrir un autocollant du «Printemps français» sur la porte de son bureau. «Un acte étonnant, grave et inadmissible», s’est exclamé Jean-Pierre Michel sur Public Sénat. «Une enquête approfondie pour savoir d’où cela vient» a été demandée au président du palais du Luxembourg, Jean-Pierre Bel.

Toujours dans l’outrance, Grégor Pupinck du lobby d’inspiration chrétienne European centre for law and justice (ECLJ) a pris la parole jeudi 6 juin devant le Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies à Genève pour dénoncer «la répression policière» dont seraient victimes les participant-e-s de la «Manif pour tous». N’hésitant pas à parler de millions de Français-es brimé-e-s, il assure que le gouvernement a tenté «d’interdire ce mouvement» et recourt à la violence «contre des enfants et des femmes également».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Manif pour tous: la répression policière dénoncée à l’ONU

Cet été, les forces de l’ordre devront surveiller d’encore plus près le Tour de France puisque les opposant-e-s à l’égalité des droits entendent perturber l’événement sportif comme ils/elles l’ont fait durant la finale hommes de Roland Garros, rapporte France Info. Craignant désormais le monstre qu’elle a nourri de ses vociférations et habillé avec ses sweats roses, Virginie Merle-Tellenne confie dans VSD que «le mouvement se droitise et cela fait peur. Une minorité est clairement extrémiste et homophobe, voire cherche à renverser le pouvoir en place».

Les partisan-e-s de l’égalité ripostent sur les réseaux sociaux et dans la rue, en arrachant les stickers et les affiches collées par les promoteurs/trices d’un modèle unique de famille. Et face aux «Veilleurs» qui prient presque quotidiennement pour que la loi ouvrant le mariage soit retirée – en vain jusqu’ici – les Réveilleurs font du bruit pour que la joie et l’amour l’emportent sur l’intolérance et l’homophobie.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Les Réveilleurs à Angers, 2e semaine

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln