Avec Odysseus, Arte propose un retour dans l’Ithaque antique où Pénélope, interprétée par Caterina Murino, et Télémaque, joué par Niels Schneider, attendent impatiemment le retour d’Ulysse. Sur l’île, la tension politique est à son comble puisqu’en l’absence de roi, les cités voisines sont réticentes à commercer. Quand la nourriture vient à manquer, les volontaires pour s’emparer du trône grognent.

Parmi eux, Léocrite (Bruno Todeschini), en couple avec le charmant – et jaloux – Liodès (Ugo Venel), se propose d’épouser la reine, brillante et courageuse intrigante dans ce monde dominé par les hommes. Le casting est impeccable – des hommes et des femmes séduisant-e-s à la pelle souvent en tenue légère parce qu’il fait chaud – mais le récit souffre d’un trop-plein de drames et de complots qui peut lasser. On est loin de Spartacus et de Rome, ces superproductions américaines où le sang et le sexe colonisent la moitié de l’intrigue. Réalisé par Stéphane Giusti (Pourquoi pas moi?, Les Bleus…), Odysseus est un peu plus verbeux et un peu moins prolixe en effets spéciaux, mais se laisse volontiers regarder.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Odysseus

Tous les jeudis soir à 20h50 sur Arte.

À 20h50 également, Envoyé Spécial diffuse une version de 29 minutes du reportage de Dominique Mesmin sur la situation des homosexuel-le-s en Ouganda où une loi condamnant les LGBT à la peine de mort pourrait être votée à tout moment. Dans l’extrait ci-dessous, le reportage met en lumière Usaam, un gay outé par la presse locale pour qu’il soit à terme pendu (voir aussi notre interview de Dominique Mesmin et Usaam en 2010).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Envoyé spécial: la traque des homosexuels

Ce soir à partir de 20h50 sur France 2.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln