Le «lobby gay» n’est plus un fantasme irréel: il existe bel et bien au Vatican puisque le pape François l’a rencontré. Jeudi 6 juin, le pontife a accordé une audience aux responsables de la Confédération latino-américaine et caraïbéenne des religieux et religieuses (CLAR), rapporte le site catholique classé comme progressiste Reflexión y Liberación. Il a évoqué avec eux/elle la question de la réforme de la Curie, et plus largement du fonctionnement de l’Église. Mais le pape se heurte à une résistance à laquelle il ne s’attendait pas.

«C’est difficile. Dans la Curie, il y a des gens saints, vraiment, des gens saints. Mais il y a aussi un courant de corruption, qui est là également, c’est la vérité… On parle d’un « lobby gay », et c’est vrai, il en est ainsi… Il faut voir ce que nous pouvons faire…»

Le pape François ne prévoit pas de s’attaquer de front à ce dossier, se jugeant lui-même trop «désorganisé». Mais il entend confier le soin de la réforme à huit cardinaux et un évêque, qui «sont très ordonnés», a assuré le pape. Le pontife a par ailleurs invité son auditoire à lutter contre l’interruption volontaire de grossesse, car «l’avortement, c’est mal» et qu’il ne faut pas «avoir peur de le dénoncer».

On ignore encore quelles sont les ambitions du «lobby gay» et ce qu’il a réussi à accomplir au sein du Vatican, mais il a encore beaucoup de travail.

Photo Euronews

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln