I Was Looking At The Ceiling And Then I Saw The Sky («Je regardais le plafond et soudain j’ai vu le ciel»). C’est ainsi qu’un des rescapés du terrible tremblement de terre qui a frappé le nord de Los Angeles en 1994 avait décrit sa première impression après la catastrophe.

De cet événement hors du commun, le compositeur américain John Adams a tiré une œuvre extraordinaire, un musical pas tout à fait comme les autres sur un livret et des lyrics de June Jordan. C’est une pièce en chansons, 20 en tout, pour lesquelles Adams, fin connaisseur de la musique populaire de son pays, a puisé dans toutes les sources: jazz, pop, rock, comédie musicale… Le spectacle est donc une succession de tableaux où chaque personnage (un policier pas très sûr de sa sexualité, une femme immigrée clandestine, un jeune délinquant) a une chanson et où tou-te-s vont devoir se confronter à eux/elles-mêmes une fois la catastrophe survenue.

Au Châtelet, la mise en scène a été confiée à Giorgio Barberio Corsetti qui nous en a dit un peu plus sur les difficultés à monter une œuvre de John Adams. Associé à une équipe de jeunes artistes italiens, il propose une version éblouissante, magnifiée par les acteurs, tous très jeunes eux aussi. Une réussite qui devrait combler les amateurs de John Adams et du théâtre musical.

«I Was Looking At The Ceiling And Then I Saw The Sky», musique John Adams, livret et lyrics June Jordan, mise en scène Giorgio Barberio Corsetti, du 11 au 19 juin, au Théâtre du Châtelet.

Suivez Christophe Martet sur Twitter: martetchris