Sur Minorités, Jean-Philippe Card raconte avec beaucoup d’humour son audition au commissariat du XIIe arrondissement de Paris. La police lui demande des explications sur ses nombreux appels à Viriginie Merle-Tellenne, dite Frigide Barjot, et sur des appels à Christine Boutin… Or si le numéro de l’ex-porte-parole de la «Manif pour tous» avait été diffusé sur le web, celui de Christine Boutin n’était pas censé être public. Révélation: c’est la première qui a donné le numéro de la seconde à Jean-Philippe Card, estimant que c’était plutôt à l’ancienne ministre de subir l’ire des homosexuel-le-s…

À lire sur Minorités.