En ce début de semaine, après la Chambre des Communes, la Chambre des Lords se plonge à son tour dans la loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels. Mais le vote, qui s’annonce très serré, pourrait ne pas avoir lieu. Les opposant-e-s au projet de loi ont déposé une motion qui, si elle est adoptée, obligera David Cameron à abandonner le texte ou à forcer son adoption, en faisant primer le vote – positif – de la Chambre des Communes sur celui des Lords, grâce au Parliament Act. Une procédure très rarement employée (quatre fois depuis sa mise en place il y a plus de 60 ans, notamment pour abaisser l’âge de consentement pour des relations sexuelles entre hommes de 18 à 16 ans), et qui pourrait être considérée comme illégitime. En effet, contrairement à l’engagement 31 de François Hollande, l’ouverture du mariage ne figurait pas dans les propositions de David Cameron et de son parti.

Dans une lettre ouverte publiée par The Times, six anciens ministres (dont cinq ministres de Margaret Thatcher) apportent leur soutien à David Cameron et explique que l’adoption du texte renforcerait l’institution du mariage. «Il ne faut pas faire obstacle à une mesure dont le temps est venu», écrivent-ils notamment.

Le parcours de la loi (cliquer sur l’image pour l’agrandir):

parcours loi Lords

Photo Arpingstone

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis