Petite victoire pour l’association SOS homophobie: elle bénéficie de nouveau de l’agrément du ministère de l’Éducation nationale pour intervenir en milieu scolaire. En décembre dernier, le tribunal administratif de Paris le lui avait retiré après une plainte de la Confédération nationale des associations familiales catholiques. L’association de lutte contre l’homophobie a déposé un nouveau dossier auprès du ministère, qui a pris un arrêté publié ce jour, jeudi 30 mai, indiquant qu’il lui accordait un agrément national.

Cet agrément n’a rien d’obligatoire et l’association disposait par ailleurs d’autres agréments dans certains rectorats. Il est néanmoins gage de qualité et atteste du sérieux de l’association. Pour l’association, retrouver ce «label» était essentiel compte tenu du contexte actuel: «En cette période extrêmement troublée, qui a vu se radicaliser et se répandre l’homophobie ainsi qu’exploser le nombre de témoignages reçus par SOS homophobie, il est plus qu’urgent de lutter contre l’homophobie en la prévenant», indique-t-elle dans un communiqué. Elle tient en outre à «remercier les établissements qui ont maintenu, toute l’année, leur confiance en l’association et ses bénévoles, malgré l’annulation de l’agrément précédemment délivré». Même privée d’agrément, SOS homophobie avait été félicitée pour son travail par le ministère de l’Éducation nationale.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln