… mais pas au Maroh bashing. Ça agace Les Inrocks qu’on parle des problèmes qui ont eu lieu sur le tournage de La vie d’Adèle et que Christine Boutin y voit un film trop gay. Ça peut se comprendre, c’est sans doute un peu injuste de tout faire tomber sur un seul film, si les tournages étaient des exemples en matière de droit social ça se saurait d’une part, et Christine Boutin en agace plus d’un-e d’autre part.

Mais Les Inrocks pointe deux autres points: Abdellatif Kechiche n’a pas remercié Julie Maroh lorsqu’il a reçu la Palme d’Or et l’auteure de la bande dessinée qui a inspiré le film a qualifié les scènes de sexe d’«étalage brutal et chirurgical, démonstratif et froid de sexe dit lesbien, qui tourne au porn», dans un texte d’une rare élégance que n’édulcore pas la franchise, publié sur son blog et sur Yagg. «Il n’est pas très classe de la part de l’auteure de vouloir ramener à elle la cérémonie cannoise», s’indigne l’hebdomadaire.

À lire sur Les Inrocks.