C’est avec la casquette de réalisatrice qu’Arielle Dombasle se trouve sur la Croisette cette année. Le film qu’elle a dirigé, Opium, évoque l’amour fou – et contrarié – de Jean Cocteau et de Raymond Radiguet, jeune écrivain mort à 20 ans. Le titre du film, présenté en sélection officielle hors compétition, est tiré du journal que Cocteau a tenu lors d’une de ses cures de désintoxications.

Pour Queer Cannes, Franck Finance-Madureira a rencontré Arielle Dombasle et le jeune comédien qui incarne Raymond Radiguet à l’écran, Samuel Mercer.

Épisodes précédents:
«Queer Cannes» reçoit João Pedro Rodrigues, président du jury de la Queer Palm
«Queer Cannes», 2e épisode: Cannes, la nuit
«Queer Cannes», 3e épisode: Qui est le jury?
«Queer Cannes», 4e épisode: Rencontre avec le réalisateur Patrick Fabre
«Queer Cannes», épisode 5: Rencontre avec les actrices de «Tournée»
«Queer Cannes», épisode 6: Gros plan sur «L’inconnu du lac» d’Alain Guiraudie