la vie d Adele afficheLa vie d’Adèle, chapitre 1 & 2, adapté du roman graphique de Julie Maroh, Le bleu est une couleur chaude, était l’un des films les plus attendus de l’édition 2013 du Festival de Cannes.

Lauréat du prix du public à Angoulême en 2011, le premier album de Julie Maroh a été amplement chroniqué sur Yagg, que ce soit par notre partenaire LGBT BD ou par des yaggeuses (@Red ici, @akaimenousagi ). L’annonce de l’adaptation au cinéma par Abdellatif Kechiche a soulevé de nombreux espoirs, mais aussi quelques craintes, notamment lorsque le prénom de l’héroïne a été modifié (de Clémentine à Jocelyne puis à Adèle).

Parce qu’il comprend des scènes de sexe explicites entre femmes, le film d’Abdellatif Kechiche a été qualifié de «sulfureux». Pour Franck Finance-Madureira, le fondateur de la Queer Palm, cité par l’AFP, ces scènes, ou celles de L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, «on les a déjà vues, mais plutôt dans du cinéma queer expérimental américain. Là ce qui est très nouveau, c’est qu’on est dans des films très grand public, et des films français».

Et il semblerait que les fans en puissance puissent se rassurer: l’accueil cannois a été ultra-enthousiaste (on ne signale à ce jour qu’une – très courte – critique négative), et celles et ceux qui décerneraient volontiers la palme d’or à La vie d’Adèle ne sont pas rares, même si certains, comme Franck Finance-Madureira, regrettent un petit côté «l’homosexualité pour les nuls»:

Tou-te-s saluent la performance des actrices Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux:

Le grand public, lui, devra attendre le 9 octobre 2013 pour se faire un avis, en tâchant d’ici là de ne pas se laisser effrayer par les choses étranges qui auront été dites au cours de la promo:

«Je sais ce que tu te demandes: “est-ce qu’on a vraiment couché ensemble?”» (Adèle Exarchopoulos)

«Il y a plusieurs scènes de sexe assez crues mais les journalistes ont applaudi.» (Matthieu Charrier, Europe 1)

«Le rôle est assez osé.» (Léa Seydoux)

«Tout le monde se demande si un jury présidé par Steven Spielberg osera récompenser un film qui raconte une histoire d’amour entre deux jeunes femmes.» (Florence Leroy, France Info)

«Abdel voulait absolument faire ces scènes de tribadisme, qui consiste… qui sont des scènes que les femmes apparemment font entre elles… c’est une espèce de position de ciseaux.» (Léa Seydoux)

C’est finalement le réalisateur qui a la réponse: «Je ne me suis pas posé la question de savoir si ça pouvait choquer, a expliqué Abdellatif Kechiche sur France Info. Il y a sans doute des gens plus prudes qui peuvent être gênés. Choqués… Il n’y a rien de choquant non plus».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Les filmer avec ce regard fasciné que j’ai sur l’harmonie du mouvement de ces corps»: Abdellatif Kechiche avec Florence Leroy

Extraits:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (extrait 1)

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (extrait 1)

Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos au Grand Journal:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le Grand Journal

Photo Wild Bunch

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis