Dans un communiqué paru hier, les Boy Scouts of America (BSA) ont annoncé que les jeunes scouts ne pourraient plus être écarté-e-s du fait de leur seule orientation sexuelle. L’organisation professait jusqu’ici qu’exclure les gays est «la meilleure des politiques». Le Conseil national a voté et approuvé ce changement par 757 voix pour et 475 contre. Après plus de 20 ans de lutte des associations de défense des droits des LGBT pour parvenir à ce progrès, cette avancée a les allures d’une victoire, mais elle est teintée d’amertume.

EXCLUSION
Si les mineur-e-s ne peuvent plus être exclu-e-s du fait de leur homosexualité, les personnes majeures, elles, ne bénéficient pas de cette protection. Elles ne peuvent occuper de poste d’encadrement et doivent quitter l’organisation une fois qu’elles ont franchi le seuil de 18 ans. Dans la mesure où accepter les jeunes homos a fait l’objet «d’un long processus de révision», les BSA n’ont pas l’intention de procéder à de nouvelles modifications, indiquent-ils.

Pour les organisations LGBT, c’est une décision décevante: «Cela signifie que les parents LGBT sont toujours injustement exclus et que les BSA sont toujours la plus grande organisation de jeunesse à inculquer la discrimination», s’indigne Equality California. NBC News évoque par exemple le cas de Jennifer Tyrrell, exclue en 2012 du commandement du «pack» de son fils, parce qu’elle est lesbienne. Elle a également retiré son enfant de l’organisation et ne prévoit d’y retourner que quand toutes les familles seront acceptées.

La discrimination à l’égard des homosexuel-le-s n’a pas été jugée contraire à la Constitution car les BSA sont une organisation privée, a statué la Cour suprême en juin 2000 par cinq voix contre quatre. Plus de 70% des unités scouts membres de la BSA sont sponsorisées par des organisations religieuses.

Photo YouTube

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln