Lors de la gay pride de Crest samedi 11 mai, le collectif LGBT de la ville a placardé sur les murs de la permanence du député-maire de la ville, Hervé Mariton, une lettre ouverte qui lui est destinée:

«Monsieur Mariton,

Le collectif LGBT de Crest tient à vous adresser ses plus vifs remerciements,pour la médiatisation dont vous nous avez fait profiter. En effet, sans vous, jamais la ville de Crest n’aurait pu réunir tant de personnes, des associations, collectifs et individu-e-s venu-e-s de toute la France, pour marcher ensemble, solidaires, face à l’obscurantisme et l’intolérance dont nous avons été inondé-e-s ces derniers mois.

N’y voyez pas pour autant un soutien au projet de la majorité présidentielle ou une basse œuvre de politique locale. N’y voyez pas non plus une attaque envers votre personne. Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est bien plutôt pour marquer notre opposition à vos valeurs, vos idées, votre projet de société, en un mot: votre vision de la vie. Bien que vous vous défendiez de toute homophobie, vos propos, vos attitudes et vos propositions de lois n’en comportent pas moins une myriade d’arguments réactionnaires et discriminatoires. Nous ne partageons pas votre hétérocentrisme, que vous brandissez comme un modèle soi disant “naturel” et de ce fait, obligatoire pour toutes et tous.

Nous voulons faire entendre un autre son de voix que le vôtre, et contredire l’idée pestilentielle que la ville de Crest serait un bastion de l’homophobie de France. Nous voulons réaffirmer que notre département est un endroit où le vivre ensemble se conjugue au présent, mais aussi au futur, à l’encontre de vos promesses d’apocalypses.

La peur est dans votre camp!

En premier lieu, Monsieur le maire, nous vous demandons solennellement de retirer la motion contre l’ouverture au mariage et à l’adoption par les couples de même sexe, votée lors du conseil municipal du 22 novembre 2012.

De plus, nous souhaiterions que soit reconnu publiquement que d’accorder des droits différents à des personnes en fonction de leurs orientations sexuelles relève de l’homophobie et non d’autre chose!

En dernier lieu, afin de nous témoigner votre bonne foi en matière de lutte contre les discriminations, nous trouverions aimable que la mairie se dote d’un drapeau géant aux couleurs arc en ciel, symbole de la lutte pour l’égalité des droits, qu’elle déploiera au sommet de la tour, chaque année du 11 au 17 mai, comme signe de participation de la commune à la journée mondiale de lutte contre l’homophobie !

Recevez, Monsieur le député maire, toute l’expression de notre scepticisme, et à l’année prochaine…

PS: Merci encore d’avoir fait rentrer la ville de Crest dans l’histoire des luttes LGBT en lui offrant la plus grande marche des fiertés au monde en pourcentage de sa population!

Le collectif LGBT de Crest»

Photo Maëlle Le Corre