Le texte adopté – pas encore définitivement mais presque – par la Chambre des Communes britannique en février dernier et ouvrant le mariage aux couples homosexuels ne s’applique pas automatiquement en Irlande du Nord. L’Assemblée d’Irlande du Nord devait donc se prononcer lundi 29 avril sur une motion présentée par le parti Sinn Fein. Mais contrairement à leurs homologues de la Chambre des Communes, les député-e-s d’Irlande du Nord (appelé-e-s MLAs) ont refusé d’élargir la définition du mariage et ont rejeté la motion par 53 voix contre 42 (sur 95 votant-e-s).

Sinn Fein, parti catholique nationaliste (également dit républicain), favorable au rattachement à l’Irlande, espérait profiter du vote très favorable de la Convention constitutionnelle irlandaise il y a deux semaines (lire Mariage pour tous: la Nouvelle-Zélande touche au but, l’Irlande s’élance). Las, le texte était condamné à échouer, le Parti unioniste démocrate (DUP) ayant déposé, avant les débats, une «petition of concern». Dans un tel cas, le texte visé doit réunir le soutien de 60% des député-e-s, dont au moins 40% des membres des groupes nationalistes et unionistes présents et votants. Dans les faits, lorsqu’un parti dispose d’une majorité suffisamment large, une telle pétition équivaut à un veto. C’est ce qu’il s’est passé ici avec le DUP, parti protestant dit loyaliste, favorable à un maintien au sein du Royaume-Uni. En octobre 2012, une autre motion similaire avait aussi été repoussée par le DUP dans les mêmes conditions.

Lors du vote de lundi, 50 unionistes et 3 membres du Parti de l’Alliance (non-confessionnel) se sont prononcé-e-s contre l’ouverture du mariage. Ont voté en faveur du texte 37 nationalistes et 3 unionistes.

Les partisan-e-s de l’ouverture du mariage pourraient décider de saisir la justice. Selon Patrick Corrigan, d’Amnesty International, il est contraire au droit international de permettre aux couples homos de se marier dans certaines parties d’un pays mais pas dans d’autres. En octobre dernier, l’Irlande du Nord avait été condamnée par la Haute Cour de Justice d’Irlande du Nord parce qu’elle refusait aux couples homos et aux couples hétéros non mariés le droit d’adopter des enfants, alors que ce droit leur était ouvert dans le reste du pays.

«Tant qu’il existera des inégalités légales entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne, il y aura des actions en justice, a affirmé Gavin Boyd, de l’association LGBT The Rainbow Project. C’est la stratégie qui a eu le plus de succès par le passé.»

Photo Robert Paul Young

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis