Plus qu’un engagement de campagne, la réforme de l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de personnes de même sexe «devait être faite car elle correspondait au mouvement irréversible de l’histoire», a expliqué François Hollande, mercredi 24 avril, au cours d’une intervention de trois minutes à l’issue du Conseil des ministres.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur François Hollande: «cette réforme devait être faite»

Le Président de la République a estimé que cette réforme «va dans le sens de l’évolution de notre société et je suis sûr qu’elle en sera fière dans les prochains jours ou plus tard».

Évoquant les manifestations contre le projet, il a estimé que «quand les passions dégénèrent en violences, elles doivent être condamnées et l’ordre républicain est d’abord le respect. De la liberté de manifester sûrement, mais aussi de la liberté pour le Parlement de légiférer. Aujourd’hui, je demande que ce qui vient de se produire au Parlement soit compris comme étant la loi de la République».

«Le Conseil constitutionnel est saisi, il se prononcera sur la conformité de ce texte aux principes fondamentaux de notre République et aussitôt donné cette décision par le conseil, je promulguerai cette loi qui sera la loi de la République. D’ici là, j’en appelle chacun à chercher l’apaisement, c’est-à-dire la compréhension, le respect.»

La fin de son bref discours indique clairement qu’il veut désormais passer à autre chose: «Tout maintenant, doit être consacré à la réussite économique et à la cohésion sociale. Aujourd’hui, plus que jamais, le rassemblement du pays doit se faire sur l’emploi, le redressement, la confiance».

Suivez Bénédicte Mathieu sur Twitter: benedicteliesse