Trop longtemps ignorée, l’histoire de la déportation pour motif d’homosexualité occupe désormais toute sa place dans le travail de mémoire sur cette page très sombre du XXe siècle européen. Grâce à l’association Les «Oublié-e-s» de la Mémoire, cette déportation et la persécution des homosexuel-le-s par le régime nazi et ses complices fait l’objet d’une exposition inédite présentée à la Mairie du IVe arrondissement de Paris. Une exposition conçue, selon son conservateur, Jean-Luc Schwab, pour «présenter les faits au plus près de la réalité historique, en s’appuyant sur des sources vérifiées ainsi que sur les écrits de spécialistes reconnus pour leur travail sur le sujet.» Des panneaux retracent les grandes étapes de la déportation et proposent des portraits de déportés homosexuels (dont Rudolf Brazda, que Yagg avait interviewé en 2010). Des flash-codes complètent judicieusement la visite avec des documents multi-médias.

Réalisée en partenariat avec le ministère de la Défense, l’Office national des anciens combattants et cictimes de guerre, la Fondation pour la mémoire de la déportation, l’Œuvre nationale du Bleuet de France et la Ville de Paris, l’exposition a été créée pour marquer le dixième anniversaire de l’association Les «Oublié-e-s» de la Mémoire. Elle voit aussi le jour 80 ans après l’envoi en camps de concentration des premières victimes du nazisme.

Les Oublié-e-s de la Mémoire insistent aussi sur un point capital: si l’exposition traite d’un sujet historique, elle se veut un appel à la vigilance. Les mécanismes et les discours qui conduisirent à la persécution des homosexuels il y a 80 ans peuvent, aujourd’hui encore, se faire entendre et engendrer discriminations et exclusion. L’actualité de ces dernières semaines nous a montré que l’homophobie est encore bien vivace dans la société.

Après Paris, plusieurs villes ont prévu d’accueillir cette exposition indispensable pour mieux comprendre le passé mais aussi pour mieux appréhender le présent.

«La déportation pour motif d’homosexualité», exposition du 22 avril au 3 mai 2013 de 9h à 18h du lundi au samedi (sauf vacances scolaires du lundi au vendredi) Ville de Paris, Mairie du IVe (2, place Baudoyer – Galerie du 1er étage).