[Mise à jour, 10h33] La Fédération LGBT réagit (voir en fin d’article).
Hier soir, vers 22 heures, quatre individus arrivent devant le bar gay lillois, le Vice-Versa. La suite, Yoann, le patron de l’établissement la raconte au micro de France Info: Je suis allé voir, leur ai demandé ce qu’il se passait, ils m’ont dit: « ta gueule, sale pédé.» Suite à ces menaces, les agresseurs joignent les actes à la parole. Ils frappent le serveur, le patron et son associé, et jettent des chaises et des tables sur la vitrine.

Selon l’AFP, les quatre personnes ont été rapidement arrêtés par la police locale. Ce matin, le ministre de l’Intérieur, a dénoncé cet acte qu’il qualifie d’homophobe. «Ces actes de violence sont inadmissibles. Leurs auteurs devront être punis avec toute la sévérité que prévoient nos lois». Sur Twitter, toujours ce matin, dans ce contexte d’homophobie violente, Christine Boutin affirmait que «la résistance sera sans fin».

 


Le reportage de BFM TV.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Lille: trois blessés dans l’agression d’un bar gay

La Fédération LGBT a réagit cette nuit à l’agression dans un bar gay de Lille:
«Ce nouvel épisode de violences homophobes est directement le fruit de la montée de la haine, de l’intolérance, et de l’homophobie en France, conséquences d’un climat général cultivé par les opposants prétendant lutter contre l’ouverture du mariage et de l’adoption, alors qu’ils ne renvoient les personnes et les couples homosexuels qu’à une sous-citoyenneté, aux droits inférieurs.»