Olivier Dussopt (PS) est un des premiers députés à avoir pris la parole dans l’hémicycle après la violente tirade de Philippe Cochet (UMP)qui a déclaré: «Vous assassinez les enfants!». Il a réagi avec beaucoup de calme, sans élever la voix, tandis que les député-e-s se tenaient coi. «Il y a des mots qui blessent plus que n’importe lequel des coups portés dans la rue, à l’école, partout où certains se sentent autorisés à être discriminants envers les homosexuels uniquement pour leur orientation sexuelle», a répliqué Olivier Dussopt.

Si vous ne parvenez pas à voir la vidéo, cliquez sur La réponse d’Olivier Dussopt à Philippe Cochet

La veille, Olivier Dussopt était déjà intervenu lors de la discussion générale pour prendre la défense des jeunes qui découvrent leur homosexualité et des familles homoparentales.

«Les familles homoparentales connaissent une situation d’injustice en restant méconnues de la loi. Et cette méconnaissance est aussi une forme d’humiliation qui dénie leur existence et même leur droit d’exister. À celles et ceux qui s’opposent encore à ce texte: comment ferez-vous demain lorsque vous croiserez ces familles dans la rue, dans l’école de vos enfants, dans les commerces de votre quartier, dans les salles de mariage de vos communes? Pourrez-vous regarder ces hommes et ces femmes dans les yeux et leur dire que vous leur avez refusé l’égalité des droits? Pourrez-vous dire à ces enfants que vous n’avez pas voulu reconnaître leur famille et que par votre vote, vous avez préféré les laisser dans l’insécurité juridique et maintenir leur famille dans la précarité? Vous n’arrêterez pas l’histoire et vous n’empêcherez pas l’égalité.»

Olivier Dussopt a profité de ce discours pour paraphraser la chanson Jérôme des Ogres de Barback, où il est question d’un couple dans l’impossibilité d’avoir des enfants et qui sont regardés de haut, raillés et moqués. Malgré tout, ils parviennent à avoir des enfants et à fonder une famille. Ces mots ont visiblement réjoui Christiane Taubira qui a offert au député un large sourire.

Si vous ne parvenez pas à voir la vidéo, cliquez sur Olivier Dussopt: Vous n’arrêterez pas l’histoire et vous n’empêcherez pas l’égalité