L’opposition faisait planer la menace d’une obstruction en commission des lois, qui aurait pu empêcher le vote d’un texte à présenter en plénière demain, mercredi 17 avril:

Et finalement non: le projet de loi a été adopté hier soir, après le rejet des 736 amendements (dont de très nombreux doublons) déposés par les députés – aucune femme – de l’opposition. Des amendements qualifiés d’«amendements cocotiers» par le président de la commission des lois Jean-Jacques Urvoas (photo), selon une anecdote qu’il semble particulièrement affectionner, puisqu’il l’avait également racontée au Lab d’Europe 1 ce week-end: lors du débat sur les nationalisations, en 1982, Jacques Toubon avait déposé une série d’amendements sur l’article limitant l’âge des dirigeant-e-s d’entreprises nationalisées à 60 ans, «sauf s’il est capable de grimper à un cocotier en 29 secondes», «28 secondes», «27 secondes»… Pour entendre Jean-Jacques Urvoas raconter lui-même l’histoire, cliquez ici (c’était en milieu de séance du soir, lors de l’examen de l’article 4 ter).

Plus grave, le député PS de l’Ardêche, Olivier Dussopt, a débuté son intervention en dénonçant les dérives du débat et la violence ambiante.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez Intervention en commission des lois le 15 avril 2013 pour la 2nde lecture du PJL Mariage

Alors qu’ils/elles ne cessent de réclamer un débat qui n’en finit pas, les élu-e-s de droite ne se sont pas pour autant déplacé-e-s en nombre: ils n’étaient que 6 au plus fort des débats. Le texte a donc été adopté vers 23 heures, par 27 voix pour et 6 contre.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis