sos-homophobie-logoÉtablir la visibilité que les lesbiennes accordent à leur orientation sexuelle et déterminer la part d’entre elles qui se déclarent victimes de lesbophobie et permettre ainsi une meilleure appréhension de violence: c’est le sens de la nouvelle enquête lancée par SOS homophobie. «Ces derniers mois de débat sur le mariage et l’adoption pour tou-te-s ont connu une recrudescence inédite de comportements et de déclarations hostiles envers les homosexuel-le-s, explique un communiqué. Dans ce contexte, SOS homophobie alimente le débat public et les initiatives de prévention en exposant des statistiques encore trop rares sur les violences lesbophobes».

SOS homophobie avait publié, en 2008, une première enquête à laquelle 1793 femmes avaient participé. Le travail portait alors sur un échantillon collecté en 2003-2004. Il s’agit donc d’actualiser les chiffres 10 ans après, indique l’association.

Alors, 57% d’entre elles avaient répondu positivement à la question «Avez-vous été victime de lesbophobie?». Cette fois, cette question portera sur les deux dernières années. En revanche, les autres demandes porteront sur une période plus longue.

Le questionnaire sera disponible du 30 mars au 20 juillet sur le site de l’association, mais aussi porté par ses membres lors de manifestations LGBT en France, notamment les marches des fiertés ou gay prides.

Une soirée de lancement de l’enquête aura lieu le 5 avril à la Mutinerie (176, rue Saint-Martin, Paris 3e).

Suivez Bénédicte Mathieu sur Twitter: benedicteliesse