Chanteuse de blues et de country bien connue outre Atlantique, Michelle Shocked a fait les gros titres cette semaine après un concert dimanche 17 mars au Yoshi, une salle de San Francisco. Durant le concert, l’artiste a longuement parlé avec son public et en a profité pour disserter longuement sur la religion, étant elle-même très croyante. L’ambiance est bon enfant… jusqu’à un certain point (à partir de 5′): «Quand ils vont mettre un terme à la Prop 8 et mettre un flingue sur la tempe des prêtres pour qu’ils marient les homosexuels, ce sera la chute de notre civilisation et Jésus reviendra!» Choquées, plusieurs personnes la prennent à partie avant de quitter la salle face à la réaction de la chanteuse: «Y a-t-il quelqu’un d’assez indulgent pour tweeter que Michelle Shocked vient de dire sur scène “Dieu déteste les pédés”? Vous feriez ça?».

Si le player ne fonctionne pas, cliquez sur Michelle Shocked 2nd Yoshi’s set

S’imaginait-elle vraiment que personne ne la prendrait au mot? Toujours est-il que son coup de gueule a bien fait le tour des réseaux sociaux, où de nombreux/ses fans ont débattu du degré d’ironie de son discours.

 

VRAIE HOMOPHOBIE OU HUMOUR DOUTEUX?
Par la suite, les médias n’ont pas tardé à relayer cette sortie homophobe pour le moins surprenante venant d’une artiste féministe plutôt gay-friendly. Contrainte de s’expliquer, Michelle Shocked s’est fendue aujourd’hui d’une longue déclaration dans laquelle elle tente de rectifier le tir:

«Je ne pense, je ne l’ai jamais pensé, ni dit que Dieu déteste les homosexuels (ou qui que ce soit). J’ai dit que certains de ces disciples le croient. Je crois que l’intolérance vient de la peur, et que ces gens sont réellement effrayés. Quand j’ai dit “Tweetez que Michelle Shocked dit que « Dieu déteste les pédés »”, je prévoyais l’absurde manière dont ma description des intolérants, mon apologie des intolérants allait être mal interprétée.»

La chanteuse poursuit, expliquant que sa déclaration avait été mal interprétée par son public: «Et à ces fans qui sont déçus par ce qu’ils ont entendu ou pensent que j’ai dit, je suis vraiment désolée: je ne m’exprime pas toujours aussi clairement que je le devrais. Mais ne croyez pas tout ce que vous lisez sur Facebook ou Twitter. Mon opinion sur l’homosexualité n’a pas bougé d’un iota. Je ne juge pas. Et ma déclaration assimilant l’abrogation de la Prop 8 à la fin des temps n’était ni à prendre au mot, ni ironique: c’était une description de la façon dont certains – pas moi – réagissent par rapport au mariage gay [sic].»

BLACKLISTÉE
«Certains s’interrogent sur ma sexualité, mais dire que je ne suis pas homo, c’est comme dire que je ne bats pas mon mari. Ce n’est pas la question. Ce qui est remis en cause, c’est mon soutien à la communauté LGBT, et il n’a jamais faibli. La musique et le militantisme ont toujours fait partie de mon travail et de mon parcours, que j’espère et ai l’intention de poursuivre. J’aimerais dire que c’était un coup de pub, mais je ne suis pas si maligne et surtout pas aussi cynique.»

«Mais je suis on ne peut plus désolée. Si je pouvais revivre cette soirée, je veillerais à faire une distinction claire entre des croyances que j’exècre et ma compassion pour ceux qui les embrassent. Je ne dis pas cela pour me rattraper. Je n’ai aucun désir de masquer mes défauts, et, à l’évidence, je ne pourrais pas le faire même si je le voulais.»

En effet, si cette sortie malheureuse avait eu pour objectif de booster la popularité de la chanteuse, il est clair c’est l’inverse qui vient de se produire. Au Yoshi, la salle de concerts où a eu lieu l’incident, il est hors de question d’accueillir de nouveau Michelle Shocked.

Et sur les 11 concerts prévus au printemps, 10 viennent d’être tout bonnement annulés.

Photo RKeaton