«Exactement comme Xavier Bongibault, je ne représente personne», confie Christophe Coret, le créateur du site plusgaysansmariage.com. Auteur le mois dernier d’une lettre ouverte aux députés UMP où il dénonçait leur homophobie, il a débuté mercredi soir une recherche sur le porte-parole peroxydé de la «Manif pour tous». Découvrir à quel point le personnage et son mouvement sont creux l’a surpris: «Il est invité sur les plateaux télé en tant que représentant, mais quand on gratte un peu, il n’y a rien derrière».

UN COLLECTIF SANS EXISTENCE JURIDIQUE
C’est au titre du collectif «Plus gay sans mariage», qu’il dit avoir fondé le 16 juillet 2012, que Xavier Bongibault est régulièrement mentionné dans les médias. Mais ce groupement n’a aucune existence juridique et consiste en une page Facebook à laquelle adhère un millier de personnes. Il y a bien eu une tentative de créer un site internet pour le mouvement, mais vu le résultat, l’idée a rapidement été abandonnée.

«Xavier Bongibault sert de faire-valoir gay à la “Manif pour tous”», estime Christophe Coret. De son côté, l’intéressé se défend en prétextant que la composition de l’Inter-LGBT, favorable au mariage des couples de même sexe, ne fait pas l’objet d’un vote de l’ensemble des personnes homosexuelles, bi, ou trans’ et qu’elle ne peut donc pas non plus prétendre être représentative.

Le nom de domaine «plusgaysansmariage.com» étant libre, Christophe Coret l’achète et grâce à ses compétences de webmaster, il crée rapidement un site où il milite pour l’ouverture du mariage. La pétition contre la présence de Civitas parmi les associations d’intérêt général figure en page d’accueil et une page est dédiée à Virgine Merle-Tellenne, alias Frigide Barjot, Christine Boutin et Xavier Bongibault, afin de dénoncer leurs travers et leurs incohérences. «On ne veut diffamer personne, il s’agit de rétablir la vérité à leur sujet», précise Christophe Coret.

«UN SITE MILITANT»
Pour l’instant, aucun représentant de «Plus gay sans mariage» ne l’a contacté. Christophe Coret est pourtant persuadé que les lieutenants de la «Manif pour tous» ont eu vent de son initiative. Ne craint-il pas des représailles? Des sanctions juridiques? Dans le pire des cas, il devra leur céder le nom de domaine, croit savoir le militant LGBT. Et les attaques personnelles, il connaît: il y a deux semaines, il a été la cible d’internautes du site Nouvelles de France après une publication sur Christine Boutin.

Grâce au bouche-à-oreille et au partage sur les réseaux sociaux, le site fonctionne plutôt bien et a accueilli 1700 visiteurs le premier jour. Christophe Coret espère en étoffer le contenu grâce à des informations apportées par les internautes via le formulaire de contact. À terme, «une fois le projet de loi sur le mariage voté, on disparaîtra, comme eux, pense-t-il. Sinon, ce sera un site militant pour défendre notre point de vue sur le mariage pour tous.»

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln