À l’heure où les images sont partout, tout le temps, sur tous les supports, banalisées, transformées, vite oubliées, qu’est-ce qui nous fait encore pousser la porte d’un cinéma pour voir un film sur grand écran, plongé dans le noir, bien calé dans notre fauteuil? C’est un peu la question que se pose (et nous pose) Sam Raimi avec son nouveau film Le Monde fantastique d’Oz, depuis mercredi dans les salles.

Adaptation du célèbre roman pour enfants signé L. Frank Baum en 1900 et prequel du cultissime film de Victor Fleming réalisé en 1939 avec Judy Garland, Le Monde fantastique d’Oz ne brille pas d’une inventivité folle en ce qui concerne son scénario. On est en terrain balisé. Oscar Diggs, illusionniste de cirque un peu minable, se fait passer pour le grand magicien que le pays d’Oz attend et devra affronter de méchantes sorcières bien décidées à lui barrer la route. On se retrouve donc comme un gamin de 12 ans (bon, ok, 8) à suivre les péripéties de ce roublard de James Franco, parfait en mytho dépassé par ses propres mensonges.

Le sous-texte est plus intéressant. Alors que le film déploie une direction artistique et une 3D vraiment époustouflantes, Oscar Diggs va finalement réussir grâce à son imagination et un outil très rudimentaire, ancêtre des appareils de projection du cinéma (ne spoilons pas trop). Autrement dit Sam Raimi, qui est à la tête d’une machine énorme (près de 300 millions de dollars de budget total, production + marketing, on a le vertige) nous dit que l’émerveillement peut aussi se loger dans les choses les plus basiques. Il suffit juste d’y croire. Quand Oscar Diggs rencontre la petite fille en porcelaine, le réalisateur met en place un jeu d’ombres très subtil sur le personnage qui sanglote. Le résultat est saisissant et bouleversant. C’est de la très haute technologie, mais cela reste simple. Nous ne sommes plus dans la salle obscure, mais au pays d’Oz. Et rien que pour ces moments-là, cela vaut encore le coup de pousser la porte d’un cinéma.

china-girl-oz


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Le Monde fantastique d’Oz – bande-annonce