Les porte-parole de la «Manif pour tous» n’en sont pas à leur dernière contradiction. Après s’être félicité-e-s de la présence de Simone Veil à leur défilé le 13 janvier dernier, Virgine Merle-Tellenne, alias Frigide Barjot, et Xavier Bongibault animaient hier, mardi 12 mars, une conférence de presse au Parlement européen aux côtés de député-e-s… opposé-e-s à l’IVG. La manifestation des opposant-e-s à l’égalité des droits, le 13 janvier dernier, coïncidait d’ailleurs avec la «Marche pour la vie».

Hier, sous le parrainage de Jean-Pierre Audy, le président UMP des député-e-s français-es au Parti populaire européen, ils et elles ont évoqué leurs combats contre les droits des personnes LGBT. À leurs côtés, l’Espagnol Jaime Mayor Oreja et la Slovaque Anna Záborská, connu-e-s pour leur lutte en faveur de l’abrogation de l’avortement dans l’Union européenne.

Les député-e-s Ulrike Lunacek et Michael Cashman, coprésident-e-s de l’Intergroupe LGBT au Parlement, ont dénoncé cette réunion. «Maintenant que les opposants au mariage pour tous ont perdu leur bataille en France, ils cherchent à poser devant le drapeau européen pour s’offrir une fausse légitimité», ont-ils déclaré selon un communiqué de l’Intergroupe. «La présence de la Manif pour tous au Parlement européen va manifestement contre les valeurs européennes», a renchéri la députée Catherine Grèze (EELV). Dans des résolutions datant du 24 mai et du 12 décembre 2012, l’assemblée européenne avait encouragé les États membres à promouvoir des législations permettant «la cohabitation, le partenariat enregistré ou le mariage» pour les couples de même sexe.

Photo Intergroupe LGBT

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln