Mercredi, Dilichukwu Onyedinma, la présidente de la Ligue féminine de football au Nigeria, a annoncé officiellement que les joueuses lesbiennes ne seront plus admises dans les clubs et dans la sélection nationale. La réaction n’a pas tardé. Hier, plusieurs personnalités ont adressé un courrier à l’ambassadeur du Nigeria en France pour protester contre cette déclaration.

Pour motiver sa décision, Dilichukwu Onyedinma a indiqué que «l’homosexualité prend de l’ampleur dans le football au Nigeria et nous ne pouvons pas l’accepter», rapporte le site Afriquefoot.fr. «Une telle discrimination est injustifiable et immorale», s’indignent les signataires de la lettre à l’ambassadeur du Nigeria en France et rappellent que l’ancienne sélectionneuse nationale se targuait déjà de ne pas avoir de lesbiennes dans son équipe. Elle avait entrepris une chasse aux lesbiennes et la Fifa avait ouvert une enquête sur ses propos homophobes.

Les auteur-e-s du courrier à l’ambassadeur nigérian entendent eux aussi saisir la Fifa pour réclamer une suspension de «la participation du Nigeria de toutes les manifestations sportives internationales». Leur lettre s’achève par une citation de Nelson Mandela, pour qui priver un être humain de sa liberté revient à être «prisonnier de la haine, des préjugés et de l’étroitesse d’esprit».

Parmi les signataires de ce courrier figurent Audrey Keysers du Conseil national du PS, Maguy Nestoret Ontanon, championne de France du 200m en 1994, mais aussi Lilian Thuram, Candice Prévost et Marinette Pichon, la comédienne Océanerosemarie, ainsi que les Dégommeuses, les Lesbiennes of Color, le Paris Foot Gay, le comité d’organisation des Gay Games Paris 2018, la Fédération sportive gaie et lesbienne et le collectif Gouine comme un camion. Pour consulter la lettre et voir l’intégralité des signataires, visitez le blog Yagg Foot For Love.

Lire aussi la chronique Terrains de Jeux de cette semaine.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln