sarkozy couvDisponible demain en kiosques, le nouveau numéro de Valeurs Actuelles a la prétention d’entrer «dans la tête de Sarkozy». C’est en tout cas le titre du dossier de huit pages consacré à un éventuel retour de l’ex-chef de l’État. Celui-ci prend parfois le temps de commenter l’actualité, notamment le projet ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

Les louanges sur la stature internationale de l’ancien président ne laissent aucun doute sur l’orientation politique du magazine. Qui nous offre en prime les états d’âme de Carla Bruni-Sarkozy, «interdite de chanter pendant cinq ans» selon son époux, et un plan des bureaux de Nicolas Sarkozy rue de Miromesnil (au cas où l’on voudrait réfléchir à un plan d’urgence d’évacuation?), dans le VIIIe arrondissement à Paris. C’est là, à un «visiteur du soir» que l’ancien locataire de l’Élysée se confie.

«Tu sais, les Français sont moins en colère qu’effrayés. Quand on pense que le sujet du moment, c’est la traçabilité du bifteck! Tout le monde veut savoir s’il y a du cheval dans ce qu’on mange. Mais la traçabilité des enfants, qu’est-ce qu’on en fait? C’est tout de même plus important. Avec leur « mariage pour tous », la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui, bientôt, ils vont se mettre à quatre pour avoir un enfant. Et le petit, plus tard, quand il demandera qui sont ses parents? On lui répondra: « Désolé, il n’y a pas de traçabilité. »»

LA PEUR DES FRANÇAIS-ES LUI DONNE DES AILES
La question de l’accès aux origines, que Nicolas Sarkozy désigne vulgairement sous le terme de «traçabilité des enfants» pourrait être abordée dans le cadre de la loi sur la famille que la ministre déléguée Dominique Bertinotti doit présenter cet automne après l’avoir prévue pour le mois de mars. Quant à la «boutade» de l’ancien président sur la présence de quatre parents au sein d’une famille, elle ne fait que démontrer son ignorance des situations existantes. La coparentalité ne date pas d’hier, et oui, un enfant peut avoir quatre parents. Sur les réseaux sociaux, plusieurs rappellent en outre qu’avec ses quatre enfants issus de trois mariages, l’arbre généalogique des enfants Sarkozy ne permet pas la «traçabilité» la plus simple.

Comme la plupart des opposant-e-s à l’égalité des droits, Nicolas Sarkozy compte sur la peur des Français-es. Le dossier de Valeurs Actuelles le souligne: il a reçu 8500 cartes de vœux et de nombreux courriels. «Tous disaient: « On a peur », ou bien « Ça fait peur! »» En reprenant un discours anxiogène alimenté par l’ignorance, il engrange des points… Au détriment des familles homoparentales.

UN RETOUR «PAR DEVOIR»
L’article de Valeurs Actuelles ne permet pas de penser qu’en cas de retour au pouvoir, Nicolas Sarkozy modifiera les droits accordés aux couples de même sexe. L’éventualité de son come-back à l’Élysée ne surviendra que lorsqu’il sera «obligé d’y aller», «pas par envie» mais «par devoir». «Le moment où je l’aurai décidé, je le dirai aux Français. Je prendrai la parole. Mais librement, sans calcul», assure l’ancien chef de l’État qui continue pourtant à scruter les sondages.

S’il revient, à droite, «il n’y aura pas de primaire», assure le sénateur UMP de Paris Pierre Charon, «ni avec Fillon ni avec personne». Exit aussi Jean-François Copé, donc. Avec Nicolas Sarkozy, les deux papas de l’UMP pourraient enfin trouver un terrain d’entente.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln