Après Karl Lagerfeld se dessine hier, voici un autre moment-phare du Fashion Weekend d’Arte, le documentaire Yves Saint Laurent: Le dernier défilé, également signé Loïc Prigent, à 16h15, ce dimanche (voir aussi l’émission sur le site d’Arte+7). L’homme qui filme et raconte la mode comme personne propose un retour sur le dernier défilé d’Yves Saint Laurent, le 22 janvier 2002, au Centre Pompidou. Un défilé-rétrospective de 40 ans de mode qui offrait une fois de plus le spectacle éblouissant du génie du couturier.

Dix ans plus tard, les proches se souviennent. Il y a entre autres Monsieur Jean-Pierre, le chef d’atelier tailleur, le mannequin Audrey Marnay, l’attachée de presse Dominique Deroche et Pierre Bergé, bien sûr. Il y a aussi la journaliste Laurence Benaïm, qui parle magnifiquement bien des créations d’Yves Saint Laurent et qui confie son admiration pour ce dernier: «Un jour je voudrais écrire comme il fait des smokings, je voudrais faire des phrases qui se tiennent et de façon absolue […] dire la vérité d’une émotion». La vérité d’une émotion, c’est aussi ce moment déchirant, peut-être le plus bouleversant jamais filmé par Loïc Prigent dans ses documentaires, quand Dominique Deroche ne peut plus parler, submergée par la tristesse. L’image est noire. On entend juste les sanglots de la fidèle collaboratrice.

Pourquoi ces images, 10 ans après, nous émeuvent-elles toujours autant? J’étais au Centre Pompidou pour le dernier show. En regardant le documentaire, les mêmes larmes que ce 22 janvier 2002 me sont montées aux yeux.

Pierre Bergé commente les images d’Yves Saint Laurent à la fin du défilé: «Il va aller au bout du podium comme on va à l’échafaud». Et l’on se dit: que de beauté, mais que de souffrances aussi.

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Yves Saint Laurent: le dernier défilé – extrait

Les émissions du Fashion Weekend d’Arte sur Arte+7