Fabienne Keller, sénatrice UMP du Bas-Rhin et ancienne maire de Strasbourg, votera en faveur du mariage pour tous. Elle le fait savoir dans une tribune publiée sur Le Plus, «Sénatrice de l’opposition, je voterai en faveur du texte sur le mariage pour tous». Elle rejoint en cela le sénateur UMP Alain Milon, la sénatrice UDI et ancienne ministre Chantal Jouanno. Roger Karoutchi, sénateur UMP ouvertement gay, n’a pas encore fait connaître sa position.

À rebours des propos contre le mariage pour tous que son parti politique a martelé au cours des derniers mois, les arguments de Fabienne Keller valent qu’on s’y arrête. Pour elle il s’agit d’abord d’une question d’égalité entre couples hétérosexuels et couples homosexuels:

«Même si notre société a beaucoup évolué au cours des dernières décennies, le chemin de l’adolescence, de la construction de sa vie d’adulte et de l’acceptation personnelle, familiale et sociétale demeure parsemé de difficultés et de souffrances profondes pour nombre d’homosexuels. À travers le débat sur le “mariage pour tous” se pose la question de la reconnaissance de l’amour homosexuel comme aussi respectable que l’amour hétérosexuel. La différenciation, ne serait-elle que sémantique, conduirait à une forme de discrimination. Les couples homosexuels seraient donc toujours “à part” et à voir comme “différents”.»

Elle explique ensuite défendre le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels, afin de promouvoir la structure familiale au sein de la société, un argument proche de celui du Premier ministre britannique David Cameron, pour qui la famille est une valeur conservatrice:

«Par ailleurs, je crois profondément à la famille et à son rôle structurant au sein de la société. Premier cercle de l’éducation, de la construction de l’individu et des solidarités: la famille est un repère. Permettre à des personnes homosexuelles de s’unir, de se marier et de fonder une famille, c’est aussi promouvoir et consolider la structure familiale dans une société qui prône sans doute trop l’individualisme et le chacun pour soi.»

Fabienne Keller bat en brèche l’argument qui veut que l’homoparentalité serait contraire à l’intérêt de l’enfant:

«Je pense que ce qui relève de l’intérêt supérieur de l’enfant, c’est d’être aimé, choyé et éduqué par ses parents, que ceux-ci soient hétérosexuels ou homosexuels. L’homoparentalité ne revient nullement à priver les enfants des richesses de l’altérité dans leur éducation. Les familles, les amis et la société dans son ensemble permettent aux enfants d’être en contact avec l’altérité et la différence, que cela soit celle entre les hommes et les femmes ou tout simplement celle qui relève de l’unicité de chaque individu. (…) Et il ne faut pas s’y tromper, le droit à l’adoption n’offre pas un droit automatique à l’enfant: il ouvre le droit de se soumettre aux procédures et contrôles légaux en vigueur.»

Enfin, pour la sénatrice UMP:

«Nous sommes tous des êtres en quête de bonheur. Mon rôle de parlementaire n’est pas de l’inventer, mais de le rendre accessible. L’homosexualité n’est ni un danger, ni une chance pour notre société. Elle en fait tout simplement partie. Je souhaite prendre en compte cette réalité plutôt que de la contester.»

Lire l’intégralité du texte: Sénatrice de l’opposition, je voterai en faveur du texte sur le mariage pour tous.

Photo Claude Truong-Ngoc

Suivez Xavier Héraud sur Twitter: folkfurieuse