Ruzgar ErkoclarL’un des arguments les plus courants des célébrités dans le placard pour justifier leur choix de ne pas faire leur coming-out, c’est la peur que cela mette fin à leur carrière.

Rüzgar Erkoçlar s’est sûrement posé les mêmes questions, mais il a fini par passer à l’acte, parce qu’il n’avait plus le choix: vivre une vie qui n’était pas la sienne lui était devenu insupportable. L’acteur turc de 26 ans n’est pas homo, il est trans’, connu jusqu’ici sous le nom de Nil Erkoçlar.

«Je me comportais comme la société voulait que je me comporte en permanence, raconte-t-il au quotidien Hürriyet. J’avais les cheveux courts et les gens me disaient “tu es actrice, tu devrais te laisser pousser les cheveux”. (…)»

«J’ai eu l’impression de renaître après l’opération. Nil était morte et Rüzgar était né à sa place.»

Rüzgar Erkoçlar ne se préoccupe pas outre mesure des réactions à son changement: «C’est mon choix, ma vie, ma sexualité. Ça ne regarde personne».

«J’ai tout risqué (…), et je ne m’attends pas à ce que tout le monde m’accepte tel que je suis. Chacun est libre de m’accepter ou de me rejeter. Mais je suis un homme, c’est ma réalité. Seul mon corps a changé. Je me suis trouvé.»

Lire l’interview intégrale en turc ou le portrait (plus court) en anglais.

Photo Emre Yunusoğlu/Hürriyet

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis