La manifestation anti-égalité des droits, dite «manif pour tous», c’est décidément une histoire de chiffres.

Il y a d’abord eu le nombre de participant-e-s au rassemblement du 13 janvier: les partisan-e-s (dont des député-e-s, à l’instar notamment de Philippe Meunier) continuent d’affirmer que la manifestation a rassemblé jusqu’à 800000 personnes, voire un million, alors que la préfecture de police maintient qu’il y avait moins de 340000 participante-s.

Puis est venue la facture, la Mairie de Paris réclamant 100000 euros pour réparer les dégâts occasionnés sur les pelouses du Champ-de-Mars, point d’arrivée des défilés. Après avoir crié au scandale et à l’injustice («Bertrand Delanoë présente-t-il la facture à la gay pride?», s’était sans surprise interrogée Christine Boutin), les organisateurs/trices avaient appelé les participant-e-s à inonder la Mairie de Paris de chèques allant de 10 centimes à un euro.

Invité du Lundi politique de France Bleu et de Metro, Bertrand Delanoë s’est amusé du fait que l’envoi de récépissés coûterait plus cher en timbres que ce que la mairie a reçu (à partir de 13’20):

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Lundi politique — Bertrand Delanoë

La mairie de Paris, citée par Metro, confirme avoir reçu 9000 courriers «contenant en moyenne 10 centimes d’euros», soit 900 euros au total, en chèques ou en monnaie. «Les chèques, comptabilisés en dons, ont été transmis à la direction des espaces verts, précise le quotidien gratuit. La loi n’oblige à envoyer des récépissés que concernant les envois d’espèces.»

Voir aussi [Contre-tract] Le 24 Mars, restons chez nous!

Photo Capture

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis