Auditionnée jeudi 21 février par le Sénat dans le cadre des discussions sur le mariage pour tous, la Fédération Total Respect / Tjenbé Rèd a rappelé, par la voix de sa présidente régionale Ile-de-France, que les LGBT des outre-mers devaient être entendu-e-s. «Les cultures d’outre-mers doivent être respectées: personne n’a le droit de les instrumentaliser dans le sens de ses convictions personnelles et les Français-es d’outre-mers LGBT y ont toute leur place», a tenu à dire Gwladys Pallas (au centre sur la photo). Damien Arthur, administrateur régional (d’origine martiniquaise), a déclaré: «Dix député-e-s d’outre-mers sur 27 ont voté cette réforme: elle ne fait donc pas l’objet d’un rejet global outre-mers où rien ne justifie que les minorités LGBT soient invisibilisées».

Avant son déplacement en Guyane, son département d’origine, la Garde des Sceaux Christiane Taubira a rappelé jeudi 21 février sur France Ô que les réticences de certain-e-s élu-e-s d’outre-mer ne la faisaient pas dévier de son objectif, le mariage pour tous. Un sujet qu’elle a reconnu difficile, mais sur lequel, par dessus tout, il fallait penser à la situation des homosexuel-le-s, «compte tenu du regard social». Sur la question de la liberté, nous n’avons pas à être en retrait, a-t-elle expliqué.

À lire et à voir également: les comptes-rendus de toutes les auditions et les captations vidéos de celles-ci (avec parfois quelques jours de retard).

Photo Tjenbé Red (Jean-Pierre Michel, rapporteur du projet de loi au Sénat, Gwladys Pallas de Tjenbé Rèd et Michèle Meunier, sénatrice de Loire-Atlantique et rapporteure pour avis de la Commission des affaires sociales).