Égalité des droits | 21.02.2013 - 18 h 30 | 0 COMMENTAIRES
  • CESE
  • Jean-Paul Delevoye
  • Manif Pour Tous

La «Manif pour tous» rate sa pétition: le président du CESE la juge irrecevable

Publié par
La pétition, qui aurait recueilli 700 000 signatures, pose une mauvaise question au CESE, estime son président.

Un coup d’épée dans l’eau pour la «Manif pour tous» et sa pétition soumise au Conseil économique, social et environnemental (CESE). 700 000 signatures avaient été recueillies selon les organisateurs/trices, avant d’être déposées en grande pompe au palais d’Iéna la semaine dernière. Mais pour le président Jean-Paul Delevoye, «la question qui est posée par la pétition est impossible par la Constitution», a-t-il déclaré sur la chaîne KTO.

Chaque signataire a demandé au CESE «son avis sur le projet de loi ouvrant "le mariage aux couples de même sexe et son contenu"». Or, cette demande est irrecevable dans le fond, souligne Jean-Paul Delevoye. Si cette pétition nous demande d’intervenir sur la loi, nous répondrons non.» Les termes mêmes de la requête ne sont pas compatibles avec l'article 69 de la Constitution, d'après lui. Les organisateurs/trices espéraient suspendre le processus législatif mais ne se faisaient pas non plus d’illusions sur la portée de leur initiative.

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Jean-Paul Delevoye: La pétition contre le mariage homosexuel n'est pas recevable

Le président du CESE ne donne là que son avis personnel. La procédure suit malgré tout son cours. Mardi, le bureau du CESE planchera sur la pétition et sur «les alternatives éventuelles qu’il pourrait proposer dans le cadre du CESE».

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Jean-Paul Delevoye: Il faudra bien donner une réponse aux 700 000 pétitionnaires

Les responsables de la mouvance «Manif pour tous» entendent continuer leur combat sur le terrain juridique coûte que coûte: sur Twitter, une tribune du constitutionnaliste Didier Maus a été publiée il y a quelques minutes. Si la pétition est officiellement jugée irrecevable, les organisateurs/trices se réservent le droit d'en appeler au Conseil d'État. Ce qui, une fois encore, ne changera rien au parcours du projet de loi qui sera examiné le 4 avril par le Sénat.

Print This Post
Photo du profil de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.